Palais des Papes

Le Palais des Papes incarne la puissance de l’église en Europe au XIVe siècle, c’est le plus important palais gothique au monde.                                      

Histoire

Suite à une querelle entre le roi de France (Philippe IV, dit Philippe le Bel) et le Pape de l’époque (Boniface VIII), l’archevêque de Bordeaux, Bertrand de Got fut élu en 1305 au trône de Saint Pierre, sous le nom de Clément V. Il décida de s’installer en Avignon en 1309. Il n'y séjourna cependant que par intermittence. Jean XXII, qui lui succéda, adapta le palais aux exigences et nécessités de la cour pontificale. C’est après lui que débute la fabuleuse histoire de ce palais.

L’ancienne construction est totalement détruite. Erigé au même emplacement à partir de 1335, le palais que l’on peut admirer de nos jours est principalement l’œuvre de deux papes, Benoît XII et son successeur Clément VI. Le premier s’attacha à la réalisation d’une puissante forteresse, vaste et austère. Son successeur, jugeant ce premier palais indigne de la majesté pontificale, en fit bâtir un second juxtaposé, "le Palais Neuf", aux façades gothiques plus richement décorées et élégantes. Il confia l’aménagement et la décoration intérieure à Matteo Giovanetti et ses équipes. Les fabuleux décors de fresques encore conservés constituent un ensemble exceptionnel. Après Clément VI, trois papes se succédèrent en ces murs (Innocent VI, UrbainV et Grégoire XI), chacun ajoutant des touches personnelles au palais. Le dernier, Grégoire XI, n'eut d'autre souci que de rétablir le siège de la Papauté à Rome, ce qu'il réalisa en 1376.


A sa mort en 1378, la population romaine organisa de violentes manifestations contraignant les cardinaux à élire un pape italien, Urbain VI. Quelques mois plus tard, les cardinaux français déclarèrent cette élection nulle et portèrent leur choix sur Robert de Genève qui prit le nom de Clément VII. Ainsi éclata le Grand Schisme d’Occident. Désormais la Chrétienté était divisée en deux obédiences. Pendant cette période (1378 - 1417), deux "anti-papes" vécurent dans le Palais, Clément VII et Benoît XIII qui quitta définitivement Avignon en 1403.

Après le départ des Papes, Avignon demeure propriété du Saint-Siège et le Palais servit de résidence aux légats italiens jusqu’au rattachement de la ville à la France en 1791. Le Palais des Papes servit de caserne jusqu'en 1906 avant d’être rendu à la ville. Dès lors il fut protégé et restauré tout au long du XXe siècle.

Visite

Palais des Papes
Place du Palais des Papes, 84000 Avignon
Site internet - Tél : 04 32 74 32 74.
Tarif plein/ réduit 11 €/ 9 €.
Billet combiné palais et pont Saint Bénezet : 13,50 €/ 10,50 €.
Gratuit - 8 ans.
Visite avec audioguide en 11 langues, 2 €.
Ouvert tous les jours.
Novembre à février : 9h30-17h45.
Mars à juin, septembre et octobre : 9h-19h (en mars jusqu'à 18h30).
Juillet : 9h-20h.
Août : 9h-20h30.

Visites guidées thématiques en français :
"Balade du Pont au Palais". Tarif plein/ réduit : 19,50 €/ 15,50 €. Gratuit - 8 ans.
"Il était une fois le Palais des Papes". Tarif unique 15,50 €. Gratuit - 8 ans.
"Avignon au temps des Papes". Tarif plein/ réduit : 19,50 €/ 15,50 €. Gratuit - 8 ans.
"Les coulisses du Palais". Tarif unique 24,50 €. Gratuit - 8 ans.


La Cour d'Honneur

C’est Clément VI, lors de la construction du nouveau palais (le Palais Neuf) qu’une nouvelle place est créée, elle deviendra la Cour d'Honneur.

Grand espace de circulation dans le circuit de visite habituel du Palais, la Cour d'Honneur devient chaque année lors du Festival d'Avignon une véritable salle de spectacle à ciel ouvert.


Rez-de-chaussée

Le Consistoire

Le Consistoire forme le rez-de-chaussée de l'aile Est du cloître. Le pape y siège, revêtu des habits consistoriaux. La salle est utilisée comme tribunal et comme salle d'audience. Le Consistoire est l'assemblée régulière où le pape reçoit et délibère des affaires majeures de l'Église, qu'elles soient ecclésiastiques, théologiques, judiciaires ou politiques. Le Consistoire est également le lieu où le pape reçoit souverains, légats et ambassadeurs de toutes nations. Lors de la visite, on y découvre le chantier de construction du palais.

La chapelle Saint Jean
Installée au rez-de-chaussée de la tour du même nom, ouverte sur le Consistoire, elle est totalement peintes des magnifiques fresques de Matteo Giovannetti.

La salle de Jésus
Dans la continuité de l'aile du Consistoire, la salle de Jésus doit son nom au monogramme du Christ qui ornait les murs, I.H.S, abréviation du latin "Jésus, Hominum Salvator" que l’on peut traduire par "Jésus, sauveur de l’Homme". C'est ici que les cardinaux attendent le pape pendant qu'il s'habille dans le Revestiaire. Après le départ des papes, la salle est transformée en salle à manger, puis elle devient la salle des Gardes Suisses et l'antichambre des appartements.

Le revestiaire pontifical
Au deuxième niveau de la tour de l'Etude. C'est là que le souverain pontife change de vêtements au cours des cérémonies qui se déroulent au Consistoire. Les boiseries datent du XVIIIe siècle. Petite librairie.

La chambre du Camérier. Cet homme de confiance du Pape était responsable des finances. Superbe charpente d'époque.

La Grande Trésorerie. Comme son nom l'indique, elle était dédiée aux services des finances. Magnifique cheminée.

La salle du Trésor bas. Des trappes creusées sous le dallage servaient à cacher les objets de valeurs (pièces d'or et bijoux). Cette pièce était uniquement accessible au Pape, au camérier et au trésorier.

Cour du Palais Vieux ou Cloître Benoît XII 
Le cloître est formé de quatre bâtiments entourant une cour. Les arcades qui retombent sur des piliers massifs dépourvus de sculpture dégagent une grande sérénité, elles s'ouvrent sur un passage couvert. Il est caractéristique du style épuré de la construction du Vieux Palais.


1er étage

Le Grand Tinel
La vaste salle du Grand Tinel forme l'étage au dessus du Consistoire sur près de 50 m de long. Le terme de "tinel" désigne les salles à manger. C'est dans cette vaste salle que se déroulent les banquets organisés les jours de fête. Le reste de l’année, le pape est servi dans le Petit Tinel. La pièce est lumineuse et permettait d’apprécier sa voûte lambrissée recouverte des toiles de couleur bleue, constellées d'or. Ce décor somptueux fut détruit par un incendie, tout comme les fresques qui ornaient les murs. Au fond à gauche, la cuisine présente une impressionnante hotte. Cette pièce était dédiée à la cuisson des plats.


La petite histoire... des banquets
Pour dissimuler les préparatifs aux convives, on élève une cloison, percée de quatre portes dont les appuis sont encore visibles dans les murs, là où se trouve la grande cheminée restituée. Cet espace, appelé Dressoir, communique avec la cuisine. On y dispose les mets dans des plats tenus au chaud devant la cheminée avant de les servir. Le maître de salle, le bouteiller, le panetier, le maître de l'eau et plusieurs serviteurs se tiennent là, prêts à intervenir, ainsi que l'écuyer tranchant qui s'active à la découpe des aliments.
Les banquets sont ordonnés selon un protocole rigoureux qui régit la place des convives ou la nature des mets, suivant l'alternance des jours gras et des jours maigres. Un officier tient le rôle de maître de salle et veille à placer les convives plus ou moins près du pape, suivant leur importance. La table pontificale est installée sur une estrade, le long du mur opposé au dressoir. Le pape y mange seul. 
Les convives sont installées le long des murs sur des bancs de bois, les cardinaux à l'Est, les autres invités à l'Ouest. Les tables à tréteaux forment un U et le service se fait par le centre de la salle.


Dans la tour Saint Jean, voisine du grand tinel, s'ouvre la superbe chapelle Saint Martial qui présente également des œuvres de Mattéo Giovanetti. Ces œuvres retracent en 35 épisodes la vie de Saint Martial.

La chambre de parement
Dans le prolongement du Grand Tinel. La Chambre de Parement est l'antichambre de la chambre à coucher du pape. Le Parement désigne l'ensemble des tapisseries qui décorent les murs et les sièges. Sur le mur Est, surplombant le jardin Benoît XII, des vestiges de décors de marbre en trompe-l'oeil permettent d'imaginer le riche décor mural de cette chambre. La Chambre de Parement a subi de nombreuses modifications au cours des siècles, comme le montrent les traces visibles sur les murs. Le pape et les cardinaux y tiennent des consistoires secrets. Les personnages importants y sont reçus en audience.

La chambre du Pape
La Chambre du Pape est située au cœur de la Tour des Anges. Cette chambre est divisée par des cloisons mobiles. Il peut également y donner des audiences particulières. Les meubles datent de la fin du XIVème et du XVIème siècle et ne proviennent pas du palais. Aux murs, sur un fond bleu, s'entrelacent d'amples rinceaux de vigne et de chêne, parsemés d'oiseaux et d'écureuils, ayez l'œil pour les deviner. C'est peut-être entre 1336 et 1337 que ces décors ont été exécutés. Mais la datation et l'attribution de ces peintures sont controversées. Magnifiques carreaux au sol.

La chambre du Cerf
La chambre du Cerf se situe à la jonction du Palais Vieux et du Palais Neuf. 
Elle constitue le cabinet de travail (studium) du pape Clément VI. Il y fait installer un lit et sa librairie particulière. Elle tire son nom de la scène de chasse au cerf qui l'orne mais qui a quasiment disparue. Le plafond (d’origine) est richement décoré. En dessous, deux frises surmontent des fresques magnifiquement préservées qui ont pour thème les plaisirs seigneuriaux que sont alors la chasse et la pêche. Comme dans la Chambre du Pape, le riche carrelage est une restitution réalisée à partir du sol découvert dans le Studium de la tour de l'Etude.

La sacristie Nord

C'est ici que le Pape changeait de vêtements lors des cérémonies qui se déroulaient dans le Grande Chapelle.

Grande Chapelle
Dédiée aux apôtres Pierre et Paul, la Grande Chapelle est édifiée par l'architecte de Clément VI, Jean de Louvre. La nef unique mesure 52 m de long sur 15 m de large et 20 m de haut. Lors de sa construction les murs n'offrent pas de décoration peinte. C'est aux XVIe et XVIIe siècles que les légats font peindre les armoiries des papes régnants visibles sur les murs est et ouest. C'est ici que sont célébrées les cérémonies pontificales. Parmi les cérémonies les plus fastueuses, le couronnement pontifical fait l'objet d'une magnificence exceptionnelle.

La Sacristie Sud ou Revestiaire des Cardinaux
Depuis la Grande chapelle, on accède à la Sacristie Sud, ou Revestiaire des Cardinaux, situé dans la Tour Saint Laurent. Au XIVe siècle, le Revestiaire sert de sacristie pendant les cérémonies pontificales et les cardinaux y revêtent leurs habits sacerdotaux. Des peintures représentant des roseaux et des roitelets ornent la fenêtre. Cette salle est voûtée de croisées d'ogives. Une des clefs de voûte porte les armes d'Innocent VI. Les moulages représentent les gisants des papes Clément V, Clément VI, Innocent VI et Urbain V, aucun pontife n'ayant été enterré dans le palais.

La chambre des notaires abrite les portraits des 9 papes d'Avignon.
On peut faire une pause dans la visite en montant sur la Terrasse des Grands Dignitaires pour profiter du panorama tout en buvant un café ou en grignotant un morceau (d'avril à octobre). L'avancée au sommet de la tour d'Angle, permet une vue magnifique sur le paysage environnant et la ville.

La Loggia
Ce palier, ou loggia, constitue le parvis de la Grande Chapelle. C'est là que le Saint Père donne sa bénédiction à la foule assemblée dans la cour d'Honneur. Le portail de la Grande Chapelle est le plus important ensemble sculpté du palais.

L'Escalier d'Honneur
En 1346, débute la construction du Grand Escalier d'Honneur qui dessert la Grande Chapelle depuis la Cour d'Honneur. L'escalier est large et flanqué de chambres qui servent de postes de garde.


Retour au rez-de-chaussée

La Grande Audience
La salle de la Grande Audience a les mêmes dimensions que la Grande Chapelle, au-dessous de laquelle elle se trouve. Ses proportions sont remarquables mais elle ne fait "que" 11 m de haut. Elle est séparée en deux nefs par cinq piliers sur lesquels retombent les ogives. Côté mur, les nervures s'appuient sur des culots sculptés représentant des figures d’animaux d'une grande qualité artistique. La Grande Audience accueille le Tribunal des Causes Apostoliques, organe judiciaire permanent et sans appel, organisé en un collège d'auditeurs. Sur la voûte, dans la travée Est subsiste le décor de l'arc peint par Matteo Giovannetti, représentant 18 prophètes de l'Ancien Testament.

Fin de la visite par la boutique qui prend place dans une magnifique salle voûtée et son pilier central. On revient sur la place du palais par une charmante ruelle creusée dans la pierre.

 

En famille

Le Palais des Papes raconté aux petits et aux grands

Visite "Palais des Papes avec les enfants". Le discours est adapté aux jeunes enfants et l'accent est mis sur les petites histoires du Palais : anecdotes, vie quotidienne au temps des papes... Tarifs : plein/ réduit : 15,50 €/ 10,50 €. Gratuit - 8 ans. Entrée au Palais des Papes incluse.
 Réservation des billets auprès de l'Office de tourisme.


Consigne obligatoire pour les poussettes,  prêt de porte-bébé sur demande.

< Accueil Avignon - Centre Historique

Actualité d'Avignon