Cours et Jardins

Comme les bâtiments, les cours du château et les jardins de Fontainebleau ont connu des transformations importantes au fil des siècles. Du fait des ajouts successifs d’ailes au château, des cours irrégulières ont ainsi été créées.

Les Cours

Cour du Cheval blanc ou Cour d’Honneur

Cette cour fut d'abord appelée "cour du Cheval blanc" depuis que Charles IX fit installer un cheval de plâtre en son centre au XVIe siècle en hommage à la statue équestre de Marc Aurèle à Rome, puis elle prît le nom de "cour d'Honneur" au XVIIIe siècle. Plus tard, elle fut rebaptisée "cour des Adieux" lorsque Napoléon 1er y salua sa garde avant son départ pour l'île d'Elbe le 20 avril 1814. Sur la gauche se dresse l'aile des ministres (XVIe siècle). En face de vous, dans l'aile de l'escalier en fer à cheval (XVIe siècle) défilent de gauche à droite, la chapelle de la Trinité, le somptueux escalier en fer à cheval, œuvre de Jean Androuet du Cerceau (1632-1634) puis les arcades, passage vers la cour de la Fontaine. Enfin, l'aile Louis XV, anciennement galerie d’Ulysse, ferme la cour sur la droite. Elle abrite notamment le théâtre Napoléon III.


Cour de la Fontaine

Emménagée au début du XIXe siècle, la fontaine, ornée d’une statue d’Ulysse (1812), a donné son nom à cette cour où l’on puisait l’eau pour le roi. Lorsqu'on pénètre dans la cour de la fontaine par les arcades, on passe alors sous l’aile des Reines Mères (XVe siècle), l’étang des Carpes ouvre la vue vers les jardins. À sa gauche, l'aile de la Belle Cheminée (XVIe siècle) est l'œuvre du Primatice. Face à l'étang se dresse l'aile de la galerie François Ier. Enfin le Gros Pavillon d'Angle (XVIIIe siècle), œuvre de Jacques Ange Gabriel (architecte du roi Louis XV), parachève la composition architecturale de l’ensemble.


La cour Ovale

La cour ovale, la plus ancienne, est sans doute située sur l'emplacement de la cour du premier château de Fontainebleau. Les façades qui l'entourent datent du XVIe et XVIIe siècle. Elle donne sur la Cour des Offices par la porte du Baptistère et vers la cour de la Fontaine en franchissant la porte Dorée (1528) décorée par le Primatice.


Cour des Offices

Construite sous Henri IV au début du XVIIe siècle, la cour des Offices servait surtout pour les besoins domestiques, elle était utilisée par le personnel du château (cuisines) et les officiers (logements). Elle servait d’entrée depuis la ville. Elle est gardée par deux têtes d’Hermès réalisées par le sculpteur Gilles Guérin (1640). Cette cour est actuellement inaccessible. Elle subit d'importants travaux de restauration.


La petite histoire... du muguet porte-bonheur
Un jour de mai 1559, Catherine de Médicis sur le chemin du retour après avoir consulté le fameux Nostradamus, cueillit à Fontainebleau de nombreux brins de muguet. Son fils, le futur Henri III, conquis par la beauté et le parfum de ses clochettes, offrit lui même quelques fleurs de muguet aux dames de la cour ajoutant, "que ces fleurs vous portent bonheur"… Ainsi naquit cette tradition.
Source : Office de Tourisme de Fontainebleau.


Les Jardins

Le Jardin de Diane

Ce romantique et bucolique jardin doit son nom à Diane, déesse de la chasse, dont la statue orne la fontaine réalisée sous Henri IV en 1603. Il s’agissait du jardin réservé à la Reine, c’est d’ailleurs Catherine de Médicis qui l’a imaginé. Le jardin paysager à l’anglaise tel que vous pouvez l’arpenter aujourd’hui a été réalisé grâce aux travaux d’aménagement de Napoléon 1er et Louis-Philippe. Il est bordé par la galerie des Cerfs à l'est, les Petits Appartements au Sud, et par la Chapelle de la Trinité et le jeu de Paume à l'ouest.


Le jardin Anglais (1812)

Anciennement jardin des Pins sous François 1er, il fut longtemps laissé à l’abandon avant de reprendre forme et vie sous le 1er Empire. Planté d’arbres aux essences rares et centenaires, ponctué de statues de très belle facture, il est parcouru d’une rivière artificielle. Au bout de l'Aile Louis XV (à proximité du théâtre Napoléon III) subsiste la grotte des Pins créée pour François 1er vers 1543. Elle est ornée de statues colossales d’atlantes rustiques, style en vogue à cette époque.
Vers le fond, au milieu d’un bosquet, un bassin marque l'emplacement de la Fontaine Belle Eau qui donna son nom au château.


Le Grand Parterre (1664)

Conçu par François 1er et retracé sous Henri IV, le Grand Parterre actuel est une œuvre d'André Le Nôtre et Louis Le Vau, architectes de Louis XIV. Créé sur plus de 11 hectares, il est le plus vaste jardin d'Europe. Bien que son ornementation paysagère initiale n'ait pas été conservée sous Louis XV, il présente aujourd'hui de beaux bassins. On remarquera en particulier le bassin des cascades et ses statues ainsi que la statue du Tibre qui orne le rond d’eau. Il s’agit de la principale empreinte laissée par le passage de Louis XIV au château.


L’étang des Carpes

François Ier transforma le marécage en étang décoratif, créant pour la première fois un miroir d'eau. Cette technique sera par la suite reprise partout en Europe. Comme le veut la tradition des bassins des domaines royaux, on y élevait des carpes qui étaient servis à la table des souverains. Le pavillon de l'étang, créé par Henri IV, puis reconstruit par Louis XIV en 1662 fut restauré en 1807.


Le Grand Canal (1609)

Réalisé sous Henri IV, le canal mesure 1,2 kilomètre de long et 40 mètres de large. Il demeure aujourd’hui prisé des pêcheurs et des promeneurs.




Le parc
D’une superficie de 84 hectares, le parc marquait autrefois les limites du domaine royal. Caractérisé par ses carrefours en étoile et ses allées rectilignes, il permet de rallier Fontainebleau à Avon. Ses allées permettaient aux dames de la cour de suivre les chasses depuis leur carrosse.

< Accueil Fontainebleau - Palais et Parc

Actualité de Fontainebleau