Itinéraire de visite

L'itinéraire de visite proposé sillonne le centre historique de Bordeaux - Port de la Lune à la découverte de ses richesses architecturales et historiques. Il débute devant l'Office de Tourisme, cours du XXX Juillet, dans le quartier Saint Pierre. Le contenu reprend celui Suivez le guide...


Quartier Saint Pierre (de la place de la Bourse à la place du Parlement)

C’est l’emplacement du port de Burdigala durant l’Antiquité. Saint Pierre, patron des marins, y était honoré par l’ensemble de la cité.
Au XIIe siècle, les quais sont déplacés plus au sud. Le quartier va reprendre vie au XVIIIe siècle grâce aux intendants Boucher et Tourny qui eurent l’honneur et la charge de le réaménager. Ils ouvrent le quartier sur l’extérieur en supprimant les murailles, aménagent la place de la Bourse et percent la place du Marché Royal (place du Parlement). Les façades des maisons sont richement décorées (mascarons, moulures, balcons de pierre, fers forgés). Voir aussi "Place Saint Pierre".


Le Grand Théâtre
Place de la Comédie
, 33000 Bordeaux
Site internet - Tél : 05 56 00 85 95.
Visite guidée possible. Renseignements sur place.

Construit sur ordre du Duc de Richelieu, gouverneur de Guyenne, par Victor Louis de 1773 à 1780, l’édifice est du plus bel effet, il représente l’un des fleurons de l’architecture néogothique de la ville. Il héberge aujourd’hui l’Opéra National de Bordeaux. Il compte parmi les plus beaux théâtres de France.


Sa façade extérieure est ornée de  douze colonnes corinthiennes surmontées de statues de neuf muses et trois déesses (Junon, Vénus, Minerve). A vous de les reconnaître. On remarquera à l’intérieur l’escalier monumental, le plafond à caisson du vestibule et le plafond de la magnifique salle de concert qui offre des peintures de grande ampleur. On ne peut visiter l’intérieur que lors des représentations ou en passant par l’office de tourisme pour une visite guidée.


Place de la Bourse
(arrêt Tram C, parking souterrain)

Initialement appelée place Royale, elle représente le symbole de la prospérité de la ville. La place de la bourse fait face aux quais donnant sur la Garonne. Modèle de l’art architectural  classique du XVIIIe siècle, on la doit à l'Intendant Boucher et à l'architecte du roi Jacques Ange Gabriel qui firent tomber la muraille médiévale entre 1730 et 1775 pour ouvrir la ville sur le fleuve.
Au nord se tenait le Palais de la Bourse (actuelle Chambre de Commerce et de l'Industrie) et au sud l'Hôtel des Fermes (actuelle Direction des Douanes) qui abrite le Musée National des Douanes. Ouvert en 1984, ce musée présente l’histoire de l’administration des Douanes (Voir "Musées").  L’architecture de la Place Royale détermina celle des maisons de la façade des quais. Les façades de pierre rénovées laissent apparaître de somptueux décors. Frontons et mascarons se succèdent représentant, bien évidemment, Bacchus (Dieu du vin) mais aussi des visages féminins, des masques de carnaval, des anges, des animaux fantastiques.

Jusqu’à la Révolution (où elle fut détruite), une statue équestre de Louis XV trônait sur la place. Aujourd’hui vous apercevrez la fontaine des 3 Grâces dessinée par Luis Visconti, elle date de 1869 et représente les filles de Zeus (Aglaé, Euphrosyne et Thalie).

Récemment les quais ont été transformés en lieu de promenade. Sur plus d’un kilomètre on peut profiter de l’alignement homogène et de la beauté des façades qui se reflètent dans le miroir d’eau, une animation permanente incontournable. Jeux de lumières splendides en soirée.


Musée National des Douanes
1 Place de la Bourse
, 33000 Bordeaux
Site internet - Tél : 05 56 48 82 82.
Tarif plein/ réduit : 3 €/ 1,50 €. Gratuit – 18 ans.
Ouverture : mardi à dimanche : 10h-18h.
Labélisé Famille Plus. Pour les enfants (dès 7 ans) : “Bonjour petit douanier”, jeu disponible à l'entrée, permet de découvrir le musée en famille.

Il s’agit du seul musée de l'histoire douanière en France. Situé dans le somptueux bâtiment de l’ancien Hôtel des Fermes, le musée retrace l'histoire de France à travers l’une de ses plus anciennes administrations. Le parcours évoque les enjeux, l’organisation et le fonctionnement des douanes. Dans un second temps un parcours thématique illustre le quotidien des agents des douanes et les grands courants de fraude.


Place du Parlement
(ligne C du tramway, station place de la Bourse)

Lors de sa création en 1760 la place s’appelait place du Marché Royal, dans l’intention de relier le port à la ville. Le nom actuel de la place rend hommage au puissant parlement de Bordeaux institué de 1462 à 1790. Elle représente un chef d’œuvre d’harmonie architecturale. Les immeubles qui la bordent datent du début du XVIIe siècle. Comme dans bien d’endroits les façades des immeubles Louis XV sont richement décorées (mascarons, balcons en fer forgé, voûtes). La fontaine de la place date de 1865.



Place Saint Pierre
(Tramway ligne C, station Place de la Bourse)
Voir également "quartier Saint Pierre".

Cette charmante place était l’entrée du port durant l’Antiquité. D’ailleurs on retrouva en 1832 sous la place une statue d’Hercule du IIIe siècle qui devait certainement en orner l’entrée. Cette pièce archéologique est  l’une des plus belles du Musée d’Aquitaine. La place est organisée autour de son église du XIVe siècle. Restaurée et modifiée au XIXe siècle, elle conserve néanmoins les portes sud et ouest ainsi que le chœur de style gothique datant du XVe siècle.


Porte cailhau (1496)
23 Place du Palais, 33000 Bordeaux 
Tél : 05 56 48 04 24.

Tarif : 3,50 €/ gratuit – 12 ans.
Ouverture : tous les jours : 10h-12h/ 13h-18h.

Déconseillé aux enfants en bas âge. De conception militaire elle était la principale entrée dans la ville. Elle fut construite en hommage au roi Charles VIII vainqueur de la bataille de Fornoue (Italie). Sa statue trône côté fleuve. L’émergence de l’époque Renaissance influence cependant son architecture et lui offre des décorations inattendues. Du haut de ses 35 m on profite d’un beau panorama sur la ville, le fleuve et le pont de Pierre (1822), premier pont de Bordeaux.


Quartier Saint Michel

A arpenter à pied. En bordure du fleuve, le quartier de Saint Michel a longtemps vécu grâce à lui. Ses petits artisans (charpentiers, tonneliers, forgerons et armuriers) vivaient du passage des gabares (bateaux à fond plat) chargées de cargaisons de matières premières en provenance des confluents de la Garonne (Quercy, Rouergue, Gascogne). La basilique Saint Michel, de style gothique flamboyant, est au cœur de ce quartier populaire et animé. Marché lundi et samedi matin sous la flèche.


Basilique Saint Michel
(Tramway C, station Saint Michel)
Place Canteloup et Meynard, 33000 Bordeaux
Ouverte tous les jours : 14h-17h30 et lundi et samedi matin : 10h-12h.

Edifiée entre le XIVe et le XVIe siècle dans un style gothique flamboyant, ses premiers occupants furent un collège de Chanoines. L’église devint alors une étape importante sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. A ce titre l'église Saint Michel est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998 (voir "Chemins de Saint Jacques de Compostelle"). La chapelle Saint-Jacques possède un retable en bois du XVIIe siècle orné d'un tableau représentant "L'apothéose de Saint-Jacques" (1632). La chapelle, dédiée aux pèlerins, abrite par ailleurs le tombeau d'un jacquet. Notons également une pietà datée de la fin du XVe siècle ainsi que  le buffet d'orgue de style Louis XV datant de 1774.


Flèche Saint Michel
Place Canteloup, 33000 Bordeaux
Tarif plein/ réduit : 5 €/ 3,50 €. Gratuit-12 ans.
Ouverte tous les jours d'avril à octobre : 10h-12h/ 13h-18h.

Le clocher de la basilique Saint Michel fut construit entre 1472 et 1492 et culmine à 114 mètres, il est l’un des plus haut du pays. Panorama sur les environs depuis le clocher. Découvrez l’histoire du quartier, celle de la flèche et de son église, puis laissez vous bercer par l’histoire des carillons avec le concert de ses 22 cloches. Pour la visite, réservation obligatoire à l’Office de tourisme. Déconseillé aux enfants en bas âge.
Sur la place, marché lundi et samedi. Marché aux puces le dimanche.


La petite histoire... des momies
En 1791 on décide de supprimer l'ancien cimetière entourant l'église, l'actuelle place Meynard. Les ossements sont entassés dans la crypte située sous le clocher et recouverts de terre. Plusieurs dizaines de corps conservés par le sol argileux sont ainsi exhumés et placés en cercle dans la crypte, rapidement transformée en une sorte de musée. Les momies, inspiratrices de nombreuses légendes, attirent des curieux parfois célèbres. Victor Hugo visite la crypte en 1843 suivi de Théophile Gautier quelques années plus tard. La crypte est fermée en 1979, les momies étant inhumées, cette fois au cimetière de la Chartreuse.


Porte de la Grosse cloche (XVème siècle)
Rue Saint Jame
s, Cours Victor Hugo
, 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 48 04 24.
Ouverture : tous les jours de juin à septembre : 13h-18h. Le reste de l'année, le samedi : 14h-17h.
Visites : réservation à l’office de tourisme.

Accolée à l'église Saint Éloi, cette porte servait de Beffroi à l’ancien Hôtel de Ville. Les deux tours Saint Eloi, surnommée la Grosse Cloche, culminent à 40 mètres de haut. Sous la Porte de la Grosse Cloche passaient les pèlerins de Saint Jacques. De nombreuses modifications ont été apportées au cours des siècles suivant sa création. Le léopard qui figure au dessus de la porte rappelle les armes de la Guyenne anglaise dont Bordeaux était la capitale. La cloche actuelle fut coulée en 1775, elle pèse 7 800 kg pour deux mètres de hauteur et de diamètre. Récemment restaurée, sa mise en lumière le soir venue est réussie.


Place de la Victoire
(tramway ligne B, station Victoire)

Lieu animé pour prendre un verre ou pour assister à un spectacle, un concert ou chiner à l’un des marchés thématiques qui s’y tiennent.


La Porte d’Aquitaine (1753)
Place de la Victoire, 33000 Bordeaux

L’une des huit entrées de la ville trône au centre de la place de la Victoire. Son nom fut donné en mémoire du duc d'Aquitaine. Imposante, en forme d’arc de triomphe, large de 32 mètres, la porte d’Aquitaine est surmontée d’un fronton triangulaire (attique) orné de sculptures représentant des dieux marins et les armes royales côté place, des fruits et des fleurs côté rue Sainte Catherine.


Quartier Sainte Eulalie

A l’ouest du quartier de Sainte Croix, ce quartier est bâti autour de son église paroissiale Sainte Eulalie, qui était le point de départ des chemins vers Saint Jacques de Compostelle. L’architecture religieuse a marqué l’histoire de ce quartier riche de nombreux vestiges passés. On y trouvait de nombreux couvents avec cloître et jardin, reflétant le faste de l’époque. Aujourd’hui encore les couvents des Annonciades et de Notre Dame existent toujours. Le quartier était surtout peuplé d’artisans (maçons, tanneurs, marchands d’huile et charpentiers). Flâner à pied dans les rues pittoresques du quartier permet de profiter de toutes ses richesses.



Musée d’Aquitaine
20 Cours Pasteur, 33000 Bordeaux
Site internet - Tél : 05 56 01 51 00
Collections permanentes : tarif plein/ réduit : 4 €/ 2 €. Expositions temporaires : tarif plein/ réduit : 6,50 €/ 3,50 €. Gratuit – 18 ans.
Ouverture : mardi à dimanche : 11h-18h.
Pour les enfants : ateliers, activités et livret de jeux découverte pour la visite de l’exposition permanente.

Situé dans les locaux de l’ancienne faculté des lettres et des sciences, le musée d'Aquitaine présente l’histoire de Bordeaux. Environ 700 000 pièces composent les collections du musée, dont un magnifique Hercule en bronze et un trésor Gaulois. Trois grands thèmes sont abordés lors de la visite : archéologie, histoire et ethnographie. Une importante section d'arts d'Afrique et d'Océanie témoigne de l’important brassage culturel qu’a connu la ville grâce à son activité portuaire.


Place Pey Berland
(Tramway lignes A et B, station Hôtel de Ville)
C’est d’ici que se fait l’accès à la cathédrale Saint André et son clocher (la tour Pey Berland) et au Palais Rohan.


Centre National Jean Moulin
Place Jean Moulin, 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 10 19 90.
Entrée libre et gratuite.
Ouverture : 14h-18h. Fermé le lundi.

Musée et centre de documentation sur la Seconde Guerre Mondiale. Il présente sur trois niveaux des collections consacrées à la Résistance, à la Déportation et aux Forces Françaises Libres.


Cathédrale Saint André
(Tramway ligne A et B, station Hôtel de Ville)
Place Pey Berland, 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 52 58 10.
Ouverte tous les jours sauf le lundi matin : 10h-12h/ 14h-18h, lundi et mercredi jusqu'à 19h et samedi jusqu'à 19h30.
Visite gratuite organisée par l'Association Ars et Fides une fois par mois. Festival international d'orgues en été.
Monument inscrit sur la liste de patrimoine mondial au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle (1998).

Elevée entre le XIe et le XVIe siècle, la cathédrale fut consacrée en 1096 par le pape Urbain II, venu prêcher la première Croisade. Elle offre un très bel exemple d'architecture gothique.

Plusieurs mariages royaux ont été célébrés dans la cathédrale dont celui d’Aliénor d’Aquitaine avec Louis VII, fils du roi de France en 1137. Au cours du siècle suivant, la cathédrale est endommagée à plusieurs reprises par des tempêtes et le feu. Seul le magnifique Portail Royal (1250), protégé par les maisons adossées à la muraille, a échappé à la destruction. Au XIXe siècle, après avoir servi de réserve à fourrage durant la Révolution, la rénovation menée par l'architecte Abadie forme un ensemble d'une grande cohérence.

La nef date du XIIe siècle tandis que le chœur et les chapelles sont du XIVe siècle. Elle est complétée au XVe siècle par le clocher ou tour Pey-Berland et les deux tours de 81 m de hauteur de la façade Nord.
 Le buffet d’orgue a été restauré en 1982. Il compte parmi les plus grands de France avec une envergure de 15 mètres.

Le Tympan : en bas, sur le linteau est représenté la Cène. Au dessus, on peut voir l’ascension du Christ au milieu des douze apôtres. Au sommet de ce tympan Dieu est représenté sous les traits d'un Christ trônant entre deux anges.


Tour Pey-Berland (1446)
Place Pey-Berland, 33000 Bordeaux

- Tél : 05 56 81 26 25.
Tarif plein / réduit : 5,50 €/ 4,50 €. Gratuit – 26 ans (UE) ou -18 ans (hors UE).
Ouverture : tous les jours de juin à septembre : 10h-13h15/ 14h-18h. Octobre à mai, mardi à dimanche : 10h-12h30/ 14h-17h30. Fermé le lundi.

Labélisé Monument National. Elle porte le nom de l’archevêque qui la fit construire. De style gothique flamboyant, c’est le clocher de la cathédrale Saint-André. La flèche est surmontée d’une statue de Notre Dame d’Aquitaine. Le choix de sa construction, dissociée de la cathédrale, a permis de doter l’édifice de cloches plus importantes dont les vibrations auraient pu fragiliser la structure de l’ensemble. Vue magnifique sur Bordeaux depuis les terrasses.


Palais Rohan (1784)
Place Pey-Berland, 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 10 20 30.
Tarif plein / réduit : 5 €/ 3,50 €. Gratuit – 12 ans.
Visite commentée le mercredi à 14h30 et le vendredi à 10h, rendez-vous devant.

Devenu archevêque de Bordeaux en 1771, Ferdinand-Maximilien Mériadec de Rohan fit construire la résidence archiépiscopale. Le palais devint le siège de l’Hôtel de Ville à partir de 1837.
A voir : le grand escalier d’honneur, considéré comme un chef-d’œuvre de Renaissance antiquisante, les salles du rez-de-chaussée de style Louis XVI avec boiseries de tilleul sculptées et figures en trompe-l’œil.


Musée des Beaux Arts
20 Cours d’Albert, 33000 Bordeaux
Site internet - Tél : 05 56 10 20 56.
Ouverture : 11h-18h. Fermé le mardi.
Collections permanentes : tarif plein/ réduit : 4 €/ 2 €. Expositions temporaires : tarif plein/ réduit : 6,50 €/ 3,50 €. Gratuit – 18 ans.

Situé au sein même de l’Hôtel de Ville. Dans deux bâtiments le musée présente de belles œuvres (françaises, hollandaises et italiennes) réalisées à partir de la Renaissance ainsi que des peintures contemporaines et modernes. Face au musée se tient la galerie des Beaux Arts qui présente des expositions temporaires.


La porte Dijeaux (1748)
Place Gambetta, 33000 Bordeaux

Son nom vient du Gascon "De Jòu" (de Jupiter) rappelant qu’il y eut un temple de Jupiter à cet emplacement à l'époque gallo-romaine.


Eglise de Saint-Seurin
   

Place des Martyrs de la Résistance, 33000 Bordeaux
Tél : 05 56 48 04 24.
Ouverte du mardi au dimanche : 8h30-19h45 (fermée le lundi et dimanche après-midi). Entrée libre.
Visite guidée de juin à septembre, samedi : 14h-17h30.
Visite de la nécropole : juin à septembre, payant. Renseignements à l’Office de tourisme.

L'église Saint Seurin porte le nom du quatrième évêque de la ville. Construite au VIe siècle elle représente le plus ancien lieu de culte de Bordeaux et sa crypte est l'un des vestiges les plus anciens de l'histoire de la cité. Bien que de nombreux ajouts de style gothique l’aient remaniée au cours des siècles elle demeure un chef d’œuvre de l’art roman. Sur le portail sud, un tympan retrace le Jugement Dernier. La crypte renferme une impressionnante nécropole chrétienne du IVe au XVIIIe siècle. Elle retrace aujourd'hui l’histoire de la chrétienté à Bordeaux. La légende dit que cette nécropole fut consacrée par le Christ et que certains des martyrs, morts à Roncevaux, étaient enterrés là. On dit aussi que c’est là que Charlemagne aurait déposé la corne de Roncevaux. Au Moyen Âge, c’était une halte importante  pour les pèlerins sur la route de  Saint Jacques de Compostelle. En 1998, elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial dans ce cadre.


Palais Gallien (IIe siècle)
Rue du Docteur Barraud, 33000 Bordeaux
Tel: 05 56 48 04 24.
Gratuit.
Ouverture : tous les jours de juin à septembre : 13h-18h.
Visites organisées de 14h à 18h. Renseignements à l’Office de tourisme.

Le Palais Gallien est aujourd’hui le seul vestige visible de la ville romaine de Burdigala. De dimension imposante (130 mètres de long sur 110 mètres de large), cet amphithéâtre pouvait accueillir plus de 15 000 personnes pour assister aux jeux du Cirque. Construit en alternance de briques et de pierres il s’élevait en arcade sur trois niveaux. Il ne reste que quelques travées et arcades du grand amphithéâtre d'origine. Aujourd’hui la galerie du palais présente des peintures du XIXe et XXe siècle. Curieusement ce palais doit son nom à l’épouse de Charlemagne, Galiene.  En effet, la légende qui courait au Moyen Âge prit les ruines de cet édifice gallo-romain pour les restes d’un palais qu’aurait fait construire Charlemagne pour son épouse. Autre version : ce serait l’empereur Gallien qui l’aurait construit.


Petit hôtel la Bottière (1783-1788)
13 rue Saint Laurent
, 33000 Bordeaux
Site internet

Tarif : 10 €.
Ouvert d'avril à juin uniquement le samedi. Visite à 15h. Durée 1h.

Si aujourd'hui le Petit Hôtel La Bottière accueille une Chambre d'hôtes, il n'en demeure pas moins un lieu unique à Bordeaux, entièrement restauré dans son état d’origine, meublé de mobilier d’époque restituant le cadre de vie d’un hôtel particulier bordelais au Siècle des Lumières. Visite organisée par l'Office de Tourisme.


Le jardin public
Place du Champs de Mars, 33000 Bordeaux
Ouverture : 7h-18h et jusqu'à 21h en été. Labélisé Jardin Remarquable.

Le XVIIIe siècle voit l’émergence du courant naturaliste. L’espace urbain devient un lieu d’agrément. Dans les villes on multiplie la création de jardins. A Bordeaux c’est l’intendant Tourny qui décida de la création de l’actuel jardin public sur 10 hectares. Pendant la Révolution le jardin fut transformé en Champ de Mars où se déroulaient les cérémonies officielles. Puis sous Napoléon III il prend la configuration que nous pouvons admirer aujourd’hui. Les nombreux hôtels particuliers qui le bordent créent une unité architecturale contribuant ainsi à la magie du lieu. Agrémenté de découvertes botaniques et d’activités pour les enfants, ce parc à l’anglaise permet une pause bien méritée dans votre parcours de visite. Très intéressant jardin botanique riche de 2500 espèces de plantes.
Avec les enfants : 10 hectares de jardin avec de nombreuses attractions : théâtre de Guignol, bateau, carrousel, aires de jeux...


Musée d’Art Contemporain CAPC (Centre d’Arts Plastiques Contemporains)
7 Rue Ferrère
, 33000 Bordeaux
Site internet - Tél : 05 56 00 81 50.
Collections permanentes : tarif plein/ réduit : 4 €/ 2 €. Expositions temporaires : tarif plein/ réduit : 6,50 €/ 3,50 €. Gratuit – 18 ans.
Ouverture : mardi à dimanche : 11h-18h. Le mercredi jusqu'à 20h.
Visite commentée (3 €) les samedi et dimanche à 16h.

Ce musée est installé dans l’ancien entrepôt des denrées coloniales, un entrepôt douanier (entrepôt Lainé), superbe exemple de construction préindustrielle du XIXe siècle. Le CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux propose un programme d’expositions temporaires et des rendez-vous autour de l’histoire de l’art, la musique ou la création contemporaine. Musée constitué d’une collection de renommée internationale composée de 1300 œuvres de 189 artistes.
Les enfants découvrent l'art contemporain et développent leur inventivité par la pratique d'ateliers expérimentaux. Tous les mercredis et tous les jours pendant les vacances scolaires de 14h à 16h30. Sur réservation.


L’esplanade et la place des Quinconces

C’est la plus grande place d’Europe (12 hectares). L’esplanade a été réalisée sur les ruines du château Trompette en lente pente vers la Garonne. Cette vaste forteresse, construite au XVe siècle, faisait partie d’un ensemble architectural militaire et défensif érigé par Charles VII lors de la reprise de Bordeaux par la France afin d’affirmer la suprématie du Royaume sur ses sujets.

Les travaux de l’esplanade durèrent 10 ans, ils furent achevés en 1828. Des arbres plantés en quinconces constituent des promenades et relient ainsi les quais de la Garonne au Monument aux Girondins, à l’ouest par une vaste allée. A l’entrée de l’esplanade depuis les quais s’élèvent à 21 m ces deux colonnes rostrales de style néoclassique, orientées face au fleuve en hommage aux campagnes maritimes victorieuses. Les décors à leur base rappellent la suprématie de la Rome Antique sur les mers. On remarquera sur la place les statues en marbre blanc de Montaigne (maire de Bordeaux) et Montesquieu (membre du Parlement) de 1858. Une fête foraine s’y tient en mars et octobre.


Le Monument aux Girondins (esplanade des Quinconces)

Ce n’est qu’un siècle après la disparition de ce mouvement politique que fut érigé un monument à la mémoire de ses militants victimes de la Terreur et célébrant la République. En 1902, après 15 ans de travaux, la colonne, coiffée d’une statue de la Liberté brisant ses fers, s’élève à 54 m dans le ciel de Bordeaux. Elle est l’œuvre de Dumilâtre et Rich. A sa base les statues représentent la ville de Bordeaux, la Garonne et la Dordogne. Les fontaines en bronze symbolisent le Triomphe de la Concorde et de la République dont les chars sont tirés par des chevaux marins. Côté Grand Théâtre, les personnages représentent le Vice, l’Ignorance et le Mensonge. Derrière le monument vous remarquerez l’unité architecturale des bâtiments organisés en demi-cercle ainsi que, de part et d'autre de cet hémicycle, les bâtiments de style classique construits dans un souci de cohérence artistique.


Qui étaient les Girondins ?
Le mouvement politique "la Gironde" est le nom donné à un groupe politique de la Révolution française favorable à l’instauration d’une République en France. Ce mouvement prit ce nom parce qu’il était composé de plusieurs députés issus de la région de Bordeaux. Le parti des Girondins fut majoritaire à l’Assemblée législative et à la Convention nationale, l’opposition étant composée des Montagnards. Ces deux partis s’affrontèrent alors violemment et le mouvement pris fin dans le sang, nombre de ses militants furent exécutés en 1793.


Allées de Tourny (1757)
C’est l’Intendant Tourny qui est à l’origine de ces allées bordées d’arbres. Au nord, les allées débutent par la place du même nom où trône la statue de Tourny. De part et d'autre des allées se dressent des immeubles aux façades du XVIII et XIXe siècles.


Eglise Notre Dame (1707)
(Tramway ligne B, station Grand Théâtre)
1 Rue Mably, 33000 Bordeaux

Tél : 05 56 81 01 37.

Cette ancienne chapelle de Dominicains dévoile sa façade richement décorée dans le style baroque à la place du Chapelet. L'intérieur, plus sobre, possède une acoustique remarquable. Très beau buffet d’orgue du XVIIIe siècle. Nombreux concerts. Visite guidée possible.

< Accueil Bordeaux - Port de la Lune

Actualité de Bordeaux