Juridiction de Saint Emilion

Le bien couvre 7 846 hectares sur 8 communes, constituant l’aire de la Juridiction étendue par Edouard 1er en 1289.
Bien avant les châteaux liés à la viticulture, qui datent pour la plupart des XVIIIe et XIXe siècles, des châteaux seigneuriaux parsemaient déjà les sites dominants dès le XIIIe siècle comme le château Laroque à Saint-Christophe-des-Bardes. Côté paysages, les grandes étendues de vignes couvrent la quasi-totalité de l'aire classée (hors périmètres urbains).


La Jurade

La Jurade, confrérie des Vins de Saint-Émilion, fut instaurée en 1199 par Jean Sans Terre, roi d’Angleterre. Ce corps réglementaire contrôlait la qualité du vin de Saint-Emilion et accordait cette appellation à un nombre limité de vins. Leur qualité était soumise au contrôle de la Jurade (par le sceau du vinettier) avant transport vers l’Angleterre.

Le roi délégua ses pouvoirs, économique, politique et judiciaire à des notables et des magistrats locaux afin de gérer l’administration générale de la cité. En échange de ces nouveaux droits, l’Angleterre put jouir du "privilège des Vins de Saint-Émilion". Ainsi étaient produits des vins honorifiques, présentés en cadeaux aux rois et aux personnages importants. Pendant trois siècles, sous l'influence anglaise, la Juridiction a bénéficié d'un statut particulier et d'une grande autonomie politique, sociale et économique.

En 1289, Édouard 1er, roi d’Angleterre, signe l’acte qui élargit la superficie sous le contrôle de la Jurade et définit les nouvelles frontières de la Juridiction qui englobent alors Saint-Emilion, Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Hippolyte, Saint-Pey-d’Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens, Vignonet et Saint-Etienne-de-Lisse. L’autorité de la Jurade perdurera jusqu’à la Révolution Française en 1789.

En 1948, la confrérie est rétablie et devient ambassadrice des vins de Saint-Émilion à travers le monde avec pour ambition de garantir l’authenticité et la qualité de ses vins. La Jurade organise chaque année la Fête de Printemps en juin et le Ban des vendanges en septembre. Lors de ces manifestations, les membres de la Jurade défilent dans la cité, vêtus de la robe rouge traditionnelle, rappelant la toute-puissante Jurade des siècles passés. Composée de 54 jurats, elle est administrée par le conseil de la Jurade qui compte 12 membres.

En juin comme en septembre, après avoir assisté à la messe, les jurats se rendent dans le cloître de l’église collégiale ou dans l’église monolithe pour procéder aux intronisations. Puis, ils se rendent en procession à la Tour du Roy, du sommet de laquelle ils proclament solennellement le ban des vendanges ou procèdent au Jugement du vin nouveau, destiné à en prédire les qualités.


Les vignobles

Les vins de Saint-Emilion doivent leurs qualités uniques aux terroirs au sein desquels ils prennent forme. L’exceptionnelle variété des vins produits à l’intérieur d’un si petit périmètre est dû à la diversité du relief et des sols : calcaire, argilo-calcaire, graveleux et sableux et au microclimat très favorable à la viticulture. Ajoutez à cela l’expérience ancestrale des professionnels qui travaillent la vigne, et vous avez toutes les conditions réunies pour produire un nectar de grande qualité. L’identité de chaque vin est définie en fonction des assemblages de cépages qui le constituent, le merlot est majoritaire, il est associé au cabernet franc et cabernet sauvignon ou encore au malbec.

La renommée mondiale des vins de Saint-Émilion s’est faite grâce à la Jurade qui n’a de cesse de faire connaître et reconnaître ses vins. Le syndicat vinicole a créé deux Appellations d’Origine Contrôlée : Saint-Émilion et Saint-Émilion Grand Cru. Il instaure un classement révisé tous les 10 ans.

< Accueil Saint Emilion - Juridiction

Actualité de Saint Emilion