Les Fortifications

L'art militaire a fortement influencé l'architecture de la Cité de Carcassonne. Son système de défense est exceptionnel par sa dimension, sa complexité et la qualité de sa conservation. C'est la plus grosse forteresse d'Europe. L'enceinte est percée de quatre portes principales donnant accès à l'intérieur de la Cité. Les portes sont réparties aux quatre points cardinaux. L’entrée principale se situe à la Porte Narbonnaise.


L'enceinte

Enceinte extérieure
Durant le XIIIe siècle, les rois de France ordonnent la construction d'une seconde enceinte extérieure autour de la Cité. Construite pour doubler le rempart antique, l'enceinte extérieure fait 1600 m de circonférence et les murailles atteignent une hauteur de 10 à 12 mètres. Elle est construite de pierres à bossage (en relief), dont les carrières de grès se trouvaient à proximité. Elle est équipée pour sa défense de meurtrières permettant le tir à l'arbalète, de 14 tours circulaires, de 3 barbacanes (fortification protégeant un accès) et de 2 échauguettes (petites tours sentinelles). La construction de cette seconde enceinte permettait de défendre selon deux lignes de tir ; l'enceinte extérieure ralentissait les assaillants et les divisait. Lorsqu’ils parvenaient dans les lices, ils étaient particulièrement vulnérables dans cet espace dépourvu d'abri, à la merci des tirs provenant de l’enceinte intérieure. Par ailleurs, Les tours sont ouvertes sur leur côté intérieur afin d'empêcher tout ennemi qui s'en serait emparé d'y trouver refuge.

Enceinte intérieure
L’enceinte du Bas Empire, des IIIe et IVe siècles, court sur plus de 1200 m autour de la colline, elle est composée de 26 tours circulaires ou en forme de fer à cheval. Les soubassements de l’enceinte d’origine sont encore visibles depuis les lices, on les reconnaît aux grosses pierres qui les composent, ils datent du Ier siècle après J.C. Les couches alternées de briques rouges et pierres rectangulaires datent du IVe siècle. Enfin les pierres à bossage rectangulaires font partie de la modernisation menée au XIIIe siècle sous Philippe III Le Hardi et Philippe IV Le Bel.


Les Lices
Aplanies et aménagées lors de la création de l'enceinte extérieure, les lices forment entre les deux lignes de fortification un large terrain vague. Après l’abandon de sa fonction militaire, à partir du XVIIIème siècle, les lices furent habitées, aménagées autour d’une rue centrale. C’est au début du XXème siècle que les lices furent totalement dégagées afin de rendre à la forteresse sa physionomie médiévale.


Les portes

La porte  Narbonnaise
La porte Narbonnaise est construite vers 1280 durant le règne de Philippe III le Hardi. Elle doit son nom à son orientation vers Narbonne. Elle est flanquée de deux hautes tours jumelles imposantes renforcées par des becs destinés à dévier les coups de bélier et les tirs des assaillants. Egalement équipée d’un assommoir, le système de défense est complété par des meurtrières qui protègent les tirs des arbalétriers. Cette porte est protégée par la barbacane Saint-Louis qui se trouve face à elle. Une barbacane est une fortification avancée qui protège un passage. L'équipement domestique (citerne et cheminées) permettait de tenir un siège. On remarquera au cœur des étages la belle architecture gothique. La porte est surmontée d’une vierge à l’enfant dans une niche, notez la position très déhanchée de Marie. Restaurées en 1860, les tours reçoivent de nouvelles couvertures d'ardoise pour retrouver les dispositifs du XIIIe siècle.

La porte Saint Nazaire
L'une des deux tours carrés de la Cité (avec la tour de l'Evêque). C'est un dispositif de défense complexe. La tour protège la cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse. L'ouvrage a été rebâti de 1864 à 1866.

La porte d’Aude
À l'ouest, la porte d'Aude fait face au fleuve du même nom. Située près du château comtal c’est l’entrée majeure dans la cité depuis la bastide. Elle est insérée dans la muraille. Le système défensif de cette porte était complexe et complet. Des hautes arcades cachent des fausses portes ne menant nulle part pour tromper l'ennemi. Elle était également protégée par la Barbacane d’Aude (1239) détruite en 1816 et par la tour de l’Évêque (voir plus loin). Eugène Viollet-le-Duc a fait bâtir sur son emplacement l’église Saint Gimer (1854). Cette porte, à l'aspect médiéval, a servi de décor pour de nombreux tournages de films comme "Les Visiteurs". Elle héberge le Musée de la Chevalerie. Belle vue sur le château et les remparts.

La porte du Bourg ou de Rodez
La porte de Rodez (ou du Bourg) a été créée dans la courtine qui relie les tours de la Marquière et de Samson. Elle était défendue par la barbacane Notre-Dame et la tour Mourétis. La porte, assez modeste, est percée dans les remparts entre deux tours.


Les tours

La tour de l’Inquisition
Elle fut le siège du tribunal de l’Evèque, mais à en croire les chaînes et le cachot, la justice devait être sévère.

La tour de l’Evêque
L’appellation de cette tour est liée à l'ancien palais épiscopal situé dans son environnement immédiat. L'ouvrage, de plan carré, s'élève au-dessus des deux lignes de fortification. Elle a été conçue pour la défense de la porte d'Aude. Belle vue depuis le haut.

La tour de la Vade
Avec la tour de la Peyre, la tour de la Vade, ronde, a été bâtie en 1245. De par ses équipements (puits, cheminée, four à pain et latrine) elle permettait l'autonomie de la garnison pendant les sièges.

La tour du Tresau ou Trésor
Sans doute la plus belle. Cette tour dont le nom évoque l'administration fiscale qui siégeait dans ses murs au XIVe siècle est de construction semi-circulaire. Trois de ses cinq niveaux abritaient les archers. Les deux derniers étages permettaient de défendre la place avec des séries d'ouvertures et un chemin de ronde.

La tour Saint Martin
Elle est caractéristique des fortifications réalisées sous Philippe le Hardi (1270-1285). Réalisée en pierres à brossage, son profil à bec était conçu pour détourner les chocs des projectiles.

Tour Saint Sernin
C’est une tour gallo-romaine, comme les autres elle est en forme de fer à cheval bâtie sur le front oriental de la fortification.

Les tours du moulin du Connétable, du Vieulas et de la Marquière
Situées sur la partie nord des remparts, leur visite guidée est gratuite quand elle est combinée avec la visite du château.
Ces trois tours antiques du front nord sont élevées sur de larges bases cubiques. Lors des travaux de restauration, Viollet-le-Duc choisit de restituer les toits pentus afin qu’elles gardent leur silhouette d'origine.

< Accueil Carcassonne - Cité Médiévale

Actualité de Carcassonne