Les places classées

Joyaux architecturaux de la ville, les trois places de Nancy, classées au patrimoine mondial, sont un exemple éminent de structuration urbaine moderne d’utilité publique. Autour d’elles s’organise le centre-ville.


Lors d'une promenade en ville vous distinguerez aisément les différences architecturales entre la Vieille Ville et la Ville Neuve.
La Vieille Ville : sillonnée de petites ruelles et placettes, elle est bordée de maisons hautes, à l'architecture parfois médiévale et s'organise autour du palais Ducal construit par René II. La porte de la Craffe (XIVe siècle) demeure le plus ancien témoignage médiéval.
La Ville Neuve : le plan en damier adopté par les architectes italiens pour l'édification du quartier se retrouve dans les rues au tracé orthogonal, caractéristique du style Renaissance.

Place Stanislas

Les travaux de la place Stanislas (alors place Royale), débutent en 1752 sur une vaste esplanade. L'inauguration eut lieu le 26 novembre 1755. La statue de Louis XV qui en orne le centre à ce moment-là commande le décor de la place entière, qui, selon la volonté de Stanislas doit honoré et glorifié son gendre. La configuration de la place reprend la configuration des places réalisées au XVIIIe siècle en France comme celles de Bordeaux ou la place de la Concorde à Paris. Si la configuration est plutôt classique : succession de pavillons aux façades homogènes à deux étages, elle n'en demeure pas moins unique grâce à l'architecte Héré et le ferronnier Jean Lamour qui réalisa les ferronneries exceptionnelles que l'on peut admirer.

La statue de Louis XV fut détruite à la Révolution. Ce n'est que quarante ans plus tard que la statue de Stanislas fut érigée à sa place. Au sud se dresse la grande façade de l'hôtel de ville. Le Grand Hôtel de la Reine et l'Opéra de Nancy occupe l’aile est. À l'ouest prennent place le pavillon Jacquet et le musée des Beaux-Arts. Au nord, Héré fit construire des pavillons à un seul étage (pour des raisons de défense militaire) ainsi que l'Arc de Triomphe qui ouvre une perspective sur la place de la Carrière. Les exceptionnelles grilles en fer forgé, rehaussées d'or, d’une délicatesse extrême, que l’on doit à Jean Lamour, relient les bâtiments et accentue la sensation d’homogénéité architecturale de la place. Les fontaines d'Amphitrite (en direction de la Pépinière) et de Neptune (vers le musée des Beaux-Arts), de style art rocaille et ornées des plus belles grilles, subliment encore l'ensemble. A l'origine, elles devaient dissimuler les remparts aujourd’hui rasés. Elles sont l’œuvre de Barthélémy Guibal.

Par son unité architecturale, la délicatesse de ces réalisations et la perfection de ses proportions, la place Stanislas est considérée comme l'une des plus belles places au monde.
Les restaurations de la place, menées jusqu'en 2005 pour célébrer ses 250 ans, ont révélé l'importance du pavage d'origine (ocre, sillonné de diagonales noires), qui structure l'espace. Aujourd'hui piétonne, elle offre à nouveau au visiteur tout son éclat d'origine et sa magnificence.

Spectacle son et lumière somptueux projeté sur les façades à la nuit tombée de mi-juin à mi-septembre. (Voir « Agenda »).


L’Hôtel de Ville (1755)
Place Stanislas, 54000 Nancy
Visite possible. Renseignements à l’Office de tourisme.
L'accès au bâtiment se fait par un grand hall richement décoré. Remarquez le magnifique et imposant escalier réalisé par Jean Lamour. À l'étage on découvre le salon carré ou salon de l'Académie, orné à la gloire de Stanislas par Girardet. Il s'agit des seules pièces d’origine. On pénètre ensuite dans le Grand salon inauguré en 1866 par l’impératrice Eugénie et qui servait auparavant d'appartements particuliers à Stanislas.


Place d'Alliance

Avec la place Stanislas et la place de la Carrière, elle clôture l'ensemble architectural monumental du XVIIIe siècle conçu par Emmanuelle Héré. De ces trois places, elle est la plus sobre, toutefois ornée en son centre d'une fontaine dédiée aux gloires militaires de Louis XV, œuvre de Cyfflé, symbolisées par les cornes d'abondance, les trophées et les écussons. Le sommet de l'obélisque est dominé par un génie annonçant l'alliance avec son clairon. À sa base, trois vieillards assis sur les rochers symbolisent les rivières de la Meurthe, la Moselle et la Meuse qui déversent l'eau de la fontaine dans la vasque.

L'Arc de Triomphe

L’Arc de Triomphe (1756) est situé entre la place Stanislas et la place de la Carrière, sur l’emplacement de l’ancienne porte Royale. Héré, qui l’a dessiné, s'inspire de celui érigé à Rome par Septime Sévère, en particulier la façade donnant sur la place Stanislas, richement décoré. Celui-ci est dédié à la gloire de Louis XV. De ce côté le groupe doré est composé de la Gloire et de la Renommée qui présentent un médaillon de Louis XV soutenu par un génie et accompagné d’une femme figurant la Lorraine. Du côté de la place de la Carrière sont évoqués les dieux de la guerre et de la paix.

Place de la Carrière

Créée au même moment que la Ville Neuve (XVIe siècle), la place de la Carrière doit son nom aux activités qui s'y déroulaient (jeux équestres, joutes…). Mais son rôle dans la structuration architecturale et urbaine de la ville n'interviendra que sous le règne de Stanislas. Ainsi la place de la Carrière réunie Vieille Ville et Ville Neuve. Elle est délimitée au nord par le palais du Gouvernement dans lequel séjournaient le représentant du roi et où Charles X et Louis-Philippe firent escale.

De part et d'autre du bâtiment, les pavillons sont reliés par une colonnade en forme d'hémicycle. Cette dernière est décorée de trophées militaires et rappelle la victoire de Charles V sur l'empire Ottoman. La façade du palais du Gouvernement est ornée de statues de Guibal qui représentent les figures allégoriques de la Royauté, la Justice, la Vérité, la Fécondité et le Pouvoir.

À l'autre extrémité, l'Arc de Triomphe clôture la place. La Grande Rue qui délimite la place à l'opposé de la pépinière, existait déjà au Moyen Âge. Elle est aujourd’hui bordée d’immeubles du XVIIIe siècle, plutôt sobres.

Le terre-plein central est délimités par des vases et de sculptures d'enfants. Aux extrémités, des grilles réalisées par Lamour complètent le décor.

< Accueil Nancy

Actualité de Nancy