Val de Loire

Durée de la visite : 1 semaine.
Le Val de Loire est le plus vaste site jamais inscrit en France au patrimoine mondial de l’Unesco. Le site traverse une multitude de villes et de villages historiques au patrimoine bâti et architectural riche d'une histoire millénaire. On y découvre des édifices religieux et des châteaux plus somptueux les uns que les autres, de terres cultivées et de paysages sauvages à la biodiversité riche et fragile. C'est cet ensemble, témoin d'interactions millénaires entre l'homme et la nature, qui constitue ce paysage culturel d'exception. La Loire est au cœur de ce paysage, sans elle rien de tout cela n'existerait. Le plus grand fleuve de France, le plus sauvage aussi, est  surnommé "le Fleuve Royal". Car le Val de Loire a été choisi comme résidence royale aux XVe et XVIe siècle. Plusieurs jours sont nécessaires à la découverte de ce patrimoine naturel et culturel. Prenez le temps de vous imprégner de l’histoire, de la culture et des paysages ligériens et votre séjour en Val de Loire restera inoubliable…

Patrimoine Mondial

Le Val de Loire est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco au titre des paysages culturels vivants depuis 2000, il s’étend sur 800 km2. Sur 280 km de long, depuis Sully-sur-Loire en région Centre jusqu’à Chalonnes-sur-Loire en région Pays de la Loire, le site classé traverse deux régions et quatre départements.

Le classement du Val de Loire est une reconnaissance prestigieuse pour le fleuve et son histoire, son patrimoine bâti et culturel, ses paysages naturels et ses liens forts qui l'unissent aux habitants qui peuplent la vallée. Mais au-delà de la reconnaissance, le classement par l'Unesco est un défi pour préserver ce fragile équilibre harmonieux entre l'homme et la nature.

Un séjour en Val de Loire est d'abord un rendez-vous avec la nature. Sauvage sur le fleuve, ses rives ou ses îles, maîtrisée au cœur des nombreux jardins, parfois prestigieux mais toujours esthétique.
Un séjour en Val de Loire c'est aussi des rencontres historiques, qu'il s'agisse de la visite des châteaux médiévaux et Renaissance ou du patrimoine religieux et ses abbayes millénaires. 2000 ans d'histoire ont façonné le patrimoine historique, culturel, religieux, militaire et civil.
Un séjour en Val de Loire c'est encore la découverte des terroirs et des vignobles qui parsèment les rives du fleuve Royal.

La délimitation du territoire inscrit au patrimoine mondial inclut la Loire, qui en est le centre, ses berges et les coteaux qui les surplombent. Aux endroits où la Loire traverse des communes, le centre historique des villes est compris dans la zone classée. Ça et là des excroissances permettent d'inclure dans le site classé certains affluents de la Loire qui hébergent des châteaux ou des édifices religieux.

Justification d'inscription

Critère (i) : Le Val de Loire est remarquable pour la qualité de son patrimoine architectural, avec ses villes historiques telles que Blois, Chinon, Orléans, Saumur et Tours, mais plus particulièrement pour ses châteaux de renommée mondiale, comme celui de Chambord.

Critère (ii) : Le Val de Loire est un paysage culturel exceptionnel le long d’un grand fleuve. Il porte témoignage sur un échange d’influences de valeurs humaines et sur le développement harmonieux d’interactions entre les hommes et leur environnement sur deux mille ans d’histoire.

Critère (iv) : Le paysage du Val de Loire, et plus particulièrement ses nombreux monuments culturels, illustre à un degré exceptionnel les idéaux de la Renaissance et du siècle des Lumières sur la pensée et la création de l’Europe occidentale.

Source Unesco / ICOMOS

Histoire

L'histoire de ce paysage culturel débute à l'époque romaine. La Loire est déjà l'un des axes de communication et de commerce principaux de la Gaule. L'héritage de cette époque se retrouve dans l'organisation des sites, les formes d'urbanisme et le réseau de communication.

L'histoire du Val de Loire est marquée dès le IVe siècle de notre ère par Saint-Martin, évêque de Tours, qui fonda une abbaye à Marmoutier. Cet édifice servira par la suite de modèle à de nombreuses constructions monastiques de la vallée. D'ailleurs si le patrimoine religieux est si dense c'est que le sanctuaire de Tours était l'un des plus importants centres de pèlerinage d'Europe avant que celui de Saint-Jacques-de-Compostelle ne prenne l'ampleur qu'on lui connaît aujourd'hui.

Sans l'importance de ces sites religieux, l'histoire de la vallée n'aurait sans doute pas été la même. Car les nombreux monastères, qui occupent au cours du premier millénaire la vallée, vont générer l'établissement de communautés et de villages à leurs abords. Les seigneurs locaux érigent à partir du Xe siècle des forteresses médiévales qui, à leur tour, influencent l'établissement de nouveaux habitats dans leurs environs proches, marquant ainsi fortement le paysage.

Mais l'histoire du Val de Loire n'est pas linéaire et douce comme un long fleuve tranquille. Bien malgré elle, la vallée se retrouve au cœur de la Guerre de Cent Ans. Ce conflit oblige le roi à des séjours fréquents à Tours. Une fois la guerre terminée (XVe siècle), c'est ici que l'esprit humaniste de la Renaissance prit son essor en France. Dès lors, la physionomie des forteresses médiévales va littéralement changer et va transformer ces austères demeures en magnifiques châteaux d'une élégance et d'un raffinement exceptionnels dédiés au plaisir et au divertissement : le style Renaissance.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, l'essor économique de la vallée se fait grâce à la Loire. Les activités industrielles, artisanales et commerciales sont ainsi dynamisées par le fleuve. Le commerce et le trafic fluvial font alors de la Loire la voie de communication la plus importante de France.

Après l’arrivée du chemin de fer au XIXe siècle, l’importance économique du fleuve s’estompe. Il sera alors négligé, puis finalement redécouvert dans une nouvelle relation en devenant un lieu de loisir à la richesse naturelle exceptionnelle.

Les paysages culturels

Cette inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco reconnaît une valeur universelle au paysage culturel ligérien dans son authenticité et son intégrité. Sa perte serait considérée comme irremplaçable pour la mémoire collective de l’humanité.

La Loire est considérée comme le dernier fleuve sauvage d'Europe car il n'a jamais été canalisé. Et, bien qu'il recèle de nombreux sites naturels exceptionnels, il s'agit bien d'un paysage culturel façonné depuis 2000 ans par l'homme. Qu'il s'agisse des paysages agraires ou de la construction du patrimoine bâti, ils s'insèrent parfaitement dans l'environnement naturel qui les entoure.

Historiquement, les voies de communication créées dès l'Antiquité ont influencé les premiers aménagements du territoire. Ces voies romaines suivent la ligne de crête de la rive droite du fleuve. Puis, successivement les abbayes bénédictines et les seigneurs locaux ont structuré les paysages du Val de Loire. Les châteaux et les jardins légués par les plus grandes dynasties royales (Plantagenêt, Capétiens, Valois…) résonnent comme autant de trésors qui firent la renommée internationale du Val de Loire. Ces diverses influences historiques ont engendré la définition de ce qu'est le paysage ligérien : une osmose entre le fleuve, la pierre, la vigne et le jardin.

Si les hommes ont largement façonné les paysages, la Loire a elle aussi influencé le mode de vie des habitants de la vallée. C'est de cette interaction millénaire que résulte le paysage culturel du Val de Loire. Ce paysage est l’expression d’une complexité patiemment tissée au fil du temps qu’il appartient aujourd’hui à tous les Ligériens, de comprendre, d’entretenir, de préserver et de faire vivre pour mieux le transmettre aux générations futures.


Composition du paysage ligérien

La Loire a de tout temps été aménagée pour la navigation des hommes et des marchandises ainsi que pour la prévention des crues. En témoignent les 600 km de levées (sortes de digues) et les quais des ports, témoins de l'activité économique du fleuve. Les nombreux habitats naturels répartis le long du fleuve en font un espace européen essentiel en matière de biodiversité. Sur les berges du fleuve prennent place des prairies inondables et des champs agricoles au sol particulièrement fertile.

Les communautés humaines se sont installées à proximité des lieux de traversée du fleuve (gués puis ponts), sur des points hauts d'observation qui leur permettaient d'être protégées des crues. Les villages et les villes se sont ainsi développés autour de l'église, du port. Cet ensemble constitue le "front bâti".


Découvrir le paysage ligérien

Pour plonger au cœur du paysage ligérien il faut cheminer de châteaux en abbayes, de grandes villes historiques en villages typiques où partout les pierres de Loire colorent le paysage du blanc tuffeau et de la noire ardoise. Puis, la rencontre avec le fleuve et ses berges est l'occasion de promenades à la rencontre d'une flore et d'une faune sauvages riches et variées. Et même lorsqu'elle est maîtrisée, la nature exprime toute sa beauté dans les jardins centenaires, grandioses ou intimistes, des châteaux Renaissance et des abbayes médiévales. C'est ici que naquirent les premiers jardins à la française. Ils participent tous, à leur manière, à la beauté des paysages ligériens.


Les espèces animales protégées et remarquables

Beaucoup d’espèces protégées vivent autour du fleuve. Lors de la pratique de vos activités de loisirs, le respect de toutes les espèces faunistiques est de mise. Considérée comme un couloir migratoire, la Loire accueille des oiseaux migrateurs (sternes, petits gravelots) qui utilisent les îles de sable pour faire une longue pause dans leur voyage. Certaines de ces îles sont aujourd’hui protégées afin de ne pas gêner la reproduction et abîmer la flore.


Les vins du Val de Loire

À l'instar des jardins, la vigne et le vin sont eux aussi une expression de ce paysage culturel. On y trouve des appellations prestigieuses reconnues : Chinon, Bourgueil, Saumur, Touraine… dont les vins murissent dans des caves troglodytiques.


La navigation sur la Loire

La navigation
Jusqu'au XIXe siècle la navigation fluviale sur la Loire se faisait grâce au courant d'amont en aval ou à la voile dans le sens aval-amont. En l'absence de vent, les bateaux étaient tractés par des hommes (le plus fréquemment) ou par des chevaux (moins souvent) depuis le chemin de halage, souvent situé sur les levées. Pour un bateau, 3 ou 4 hommes suffisaient, pour un train de bateaux on pouvait compter jusqu’à 40 haleurs en rangées bien ordonnées.

Les bateaux
De nombreux types de bateaux naviguaient sur la Loire mais tous étaient à fond plat. Les sapines étaient les plus courantes. Construites en pin, leur durée de vie n'excédait pas un voyage. Les chalands ou gabares étaient construits en chêne et duraient plus longtemps. Les fûtreaux ressemblaient aux chalands mais ils étaient plus petits.
La quantité de marchandises transportées sur chaque bateau dépendait du niveau d'eau du fleuve. On transportait alors tout ce qui était nécessaire à la construction des villes et des châteaux et à la vie des habitants de la vallée.

Bornes de Loire
Les bornes ligériennes sont des blocs de pierre blanche posés le long des berges de la Loire. Elles ont été installées au milieu du XIXe siècle.
Trois types de bornes jalonnent le fleuve :
Les bornes carrées sont des bornes-repères de nivellement situées sur les rives ou les levées, on en trouve tous les kilomètres environ. Elles sont gravées d’un numéro suivi d’une lettre. Le « M » signifie montant (amont), le « D » descendant (aval). La numérotation part du Méridien de Paris.
Les bornes cylindriques :
Au nord de la Loire, le numéro qu’elles portent indique la distance en kilomètres parcourue par la Loire de l’est à l’ouest du département.
Au sud de la Loire, les bornes ont une numérotation continue. Elles indiquent en kilomètres la longueur de la partie navigable de la Loire.

Le girouet
C’était l’instrument de navigation et de décoration que l’on retrouvait au sommet des mâts des bateaux de Loire. Peinte, taillée au couteau dans une planche de bois à la veillée, la « girouette » était soulignée d’une longue bannière colorée propre à chaque maître d’équipage. Réalisé dans des matériaux nobles (ardoise, pierre naturelle) et contemporain (inox), le girouet décline sur sa plaque centrale l’identité de chaque commune.

La Loire à vélo

La Loire à vélo était un projet monumental dont le but était de relier toutes les régions longeant la Loire inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco. Aujourd'hui achevé, le parcours s'étend sur plus de 800 km d'itinéraires balisés dont 280 km sont inclus dans le site classé. Il est composé de pistes cyclables alternant avec des petites routes peu fréquentées. Savamment étudié, le parcours permet aux cyclotouristes de passer, à leur rythme, au plus près des sites touristiques incontournables du Val de Loire (châteaux, jardins, vignes, rives de la Loire...). Cette initiative d'écotourisme est un moyen original et unique de découvrir les richesses des paysages ligériens.
Tout a été pensé pour le confort de visite des cyclotouristes, du réseau d'hébergements spécialisés "accueil vélo", aux loueurs et réparateurs de vélo labélisés.
Toutes les informations sont disponibles sur le site Internet : www.loireavelo.fr

Informations complémentaires
L'itinéraire de La Loire à Vélo s'intègre à l'EuroVelo 6, appelée Eurovéloroute des fleuves, qui permettra de relier, à vélo, la façade atlantique à la Mer Noire, en longeant les fleuves (Loire, Rhin, Danube) à travers 10 pays sur 3 650 km. Informations : www.eurovelo6.org

En vélo + train
La SNCF met à votre disposition un site Internet dédié aux voyageurs accompagnés de leur vélo : www.velo.sncf.com

Media

Val de Loire, Patrimoine Mondial Visaloire