Basilique et colline de Vézelay

Durée de la visite : une demi-journée.
La colline de Vézelay entre dans l’Histoire au IXe siècle, lorsqu’on y apporte les reliques de Sainte Marie Madeleine. Elle devient l'un des quatre départs historiques du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Et c’est à quelques mètres de la basilique romane qu’eu lieu le départ de la troisième croisade, en présence des rois de France et d’Angleterre. Au pied de ce chef d’œuvre architectural s’étend le pittoresque village de Vézelay, accroché à celle que l'on surnomme la "colline éternelle".

Empreint d'une dimension mystique vous emprunterez ces rues médiévales et découvrirez les trésors artistiques de la basilique comme l'ont fait avant vous pèlerins et artistes venus chercher ici inspiration spirituelle ou culturelle.

Patrimoine Mondial

Peu après sa fondation au IXe siècle, le monastère bénédictin a acquis les reliques de Sainte Marie-Madeleine et devint, depuis lors, un haut lieu de pèlerinage. Saint Bernard y prêcha la deuxième croisade (1146). Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste s'y retrouvèrent au départ de la troisième croisade (1190). La basilique Sainte-Madeleine, église monastique du XIIe siècle, est un chef-d'œuvre de l'art roman bourguignon tant par son architecture que par ses chapiteaux et son portail sculptés.

Les origines de Vézelay sont liées au souvenir d'un preux, dont la légende s'est emparée. Girart de Roussillon, héros de la chanson de geste qui porte son nom, fut, avec sa femme Berthe, le fondateur, vers 860, d'un monastère sur les bords de la Cure. Saccagé quelques années plus tard par les Normands, l'établissement, une abbaye bénédictine, fut reconstruit au sommet de la colline voisine, sur l'emplacement actuel. La célébrité n'échut à Vézelay qu'à la faveur de circonstances plus tardives. La croyance selon laquelle l'abbaye conservait les reliques de Marie-Madeleine, la pécheresse repentie, ne se répandit que vers le milieu du XIe siècle. Alors Vézelay devint le but d'un des grands pèlerinages de la chrétienté, d'autant plus fréquenté qu'il était situé sur l'une des routes menant à Compostelle. L'afflux des pèlerins profita à la ville qui comptait, au XIIe siècle, 8 à 10 000 habitants, population considérable pour l'époque.

Vézelay était si bien devenu un centre vital pour l'Occident chrétien que l'assemblée qui décida du départ de la deuxième croisade vint s'y tenir à la fête de Pâques de l'an 1146 : Saint-Bernard y prêcha ce jour là en présence du roi Louis VII, de la reine Aliénor, d'une foule de seigneurs, de prélats et de gens de toutes conditions accourues sur la colline. En 1190 encore, c'est à Vézelay que Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion réunirent leurs deux armées et prirent conjointement le départ pour la troisième croisade. En 1217, Saint-François-d'Assise choisit la colline de Vézelay pour fonder le premier établissement franciscainen en terre française ; et le roi Saint-Louis, qui avait une dévotion particulière pour l’abbaye de la Madeleine, s'y rendit à quatre reprises.
La superbe abbatiale, reconstruite à partir de 1096, reste le témoin le plus frappant de ce destin exceptionnel.

Justification de l'inscription (1979)

critère (i) : la Madeleine de Vézelay est un des chefs-d'œuvre de l'art roman bourguignon. La nef centrale (1120 - 1140), un peu déjetée (désaxée) sous la poussée des voûtes d'arêtes, n'en paraît que plus efficacement rythmée par ces grandes arcades en plein-cintre outrepassé, aux claveaux tricolores, et s'orne d'une série de chapiteaux, unique par le style de la variété des sujets (allégories profanes, scènes bibliques et hagiographiques). Mais ce qui fait la renommée universelle de Vézelay, c'est le portail sculpté entre la nef et le narthex. Au tympan, la "Mission des Apôtres" procède d'une inspiration encyclopédique, révélatrice de la science de l'époque ; mais l'ampleur et la complication du sujet n'ont bridé en rien l'invention et la fougue toute personnelle du sculpteur, qui a laissé là un des monuments majeurs de l'art roman occidental.

critère (iv) : la colline de Vézelay fut, au XIIe siècle, un lieu d'élection où, montée à une sorte de paroxysme, la spiritualité médiévale chrétienne donna naissance à des manifestations diverses et spécifiques, allant de la prière et de la chanson de geste à la Croisade.

Source : Unesco / ICOMOS

Histoire

Le premier édifice religieux qui prend place sur la colline de Vézelay est créé par des moines bénédictins au IXe siècle. L'église carolingienne du monastère est reconnue par le pape Jean VIII en 878. En 1037, l'abbé Geoffroy réforme l'abbaye et expose les reliques de Marie-Madeleine. Suite aux miracles qui sont attribués à ces reliques, Vézelay devient rapidement un lieu de pèlerinage important sur la route des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. En 1058, les reliques sont reconnues par le pape. La renommée de l'abbaye permet au village de Vézelay de se développer et de prospérer.

À la fin du XIe siècle, l'abbé Artaud, qui vient d'être élu à la tête de l'abbaye, entreprend l'édification d'une nouvelle église. Seule la nef de l'église carolingienne est conservée. De 1096 à 1104, sont ainsi construits un nouveau chœur et un nouveau transept. Mais deux ans après l'achèvement du transept, l'abbé Artaud est tué par la population qui se révolte contre les charges trop lourdes liées au financement des travaux de l'abbaye.

Suite à un incendie de la charpente en 1120, la nef est reconstruite et achevée en 1140. Les travaux se poursuivent par la façade occidentale et le narthex (entre la façade et la nef).  De 1145 à 1152 est construite la chapelle Saint-Michel, l'une des plus anciennes de France. C'est l'âge d'or de la cathédrale, elle voit de nombreuses personnalités de tout premier plan s'y recueillir.

A la demande du pape Eugène III, Saint-Bernard (Bernard de Clairvaux) vient y prêcher la deuxième croisade en 1146 en présence du roi de France Louis VII. C'est même d'ici qu’est organisé le départ pour la troisième croisade en 1190 en présence de Philippe Auguste (roi de France) et Richard Cœur de Lion (roi d’Angleterre). En 1162, elle est rattachée au royaume de France. La même année, la crypte carolingienne est détruite par un incendie. Le chœur qui la surplombe et le transept sont reconstruits au cours des années suivantes dans le style gothique, à peine émergeant à cette époque. Au début du XIIIe siècle est fondé un couvent franciscain par Saint François d’Assise, c'est le premier de France. Louis IX (Saint Louis) y vient plusieurs fois en pèlerinage au XIIIe siècle.

Au milieu du XIVe siècle, la tour de la façade occidentale, de style gothique, est achevée. Paradoxalement, c'est au cours de ce siècle que l'abbaye va connaître le début de son déclin. Les pèlerins sont moins nombreux depuis que le tombeau de Sainte Marie-Madeleine a été exhumé à Saint Maximin (en Provence), les reliques de la Sainte y sont bien conservés. Le pèlerinage décline et avec lui les aumônes faites à l'Eglise. Le pape Boniface VIII se détourne alors de l'abbaye, privilégiant la Saint Beaume de Saint Maximin.
Les Guerres de religion du XVIe siècle n'épargnent pas l'abbaye, elle est vandalisée par les Huguenots protestants. L'abbé tombe en disgrâce auprès du pape et du roi.

En 1760, les bâtiments abbatiaux, laissés à l'abandon, sont vendus ou démolis. Après la révolution française l'abbaye sert de carrière de pierre, ses sculptures sont gravement endommagées. Le collège de chanoines est supprimé, et l'église, abbatiale puis collégiale, devient paroissiale. Les vestiges restant de l'abbaye sont vendus et rasés.

Le XIXe siècle signe le renouveau de l'abbaye. Après que Prosper Mérimée (inspecteur des Monuments historiques) l'ait inscrite sur la liste des monuments historiques en 1840, Viollet le Duc entreprend les travaux de restauration immédiatement. La restauration s'achève en 1859. Quelques années plus tard, de nouvelles reliques de Sainte-Marie Madeleine sont données à l'église et les pèlerinages sont ainsi rétablis, mais sans commune mesure avec ceux du Moyen-Age. En 1920 l'abbaye accède au titre de basilique.

Depuis 1993, elle est aux mains de la Fraternité monastique de Jérusalem. Vous les croiserez sûrement lors de votre visite. N’hésitez pas à leur poser des questions.

Office de Tourisme

Office de Tourisme
12 Rue Saint-Etienne, 89450 Vézelay

Site internet - Tél : 03 86 33 23 69 

Ouverture :
Octobre à avril, tous les jours sauf le jeudi : 10h-13h/ 14h-18h. Egalement fermé le dimanche de novembre à mars.
Mai, juin et septembre, tous les jours : 10h-13h/ 14h-18h.
Juillet et août, tous les jours : 10h-19h, le dimanche : 10h-13h/ 14h-18h.


Visites du village proposées par l’Office de tourisme

Visite guidée du village
Visite possible avec un guide conférencier.

Visite de Vézelay avec un audioguide
Tarif : 3 €. Durée des commentaires : 1h30.
Le parcours comprend la visite du village et de la basilique. Adapté au public déficient visuel avec carnet d'accompagnement en braille ou en caractères agrandis. Renseignements et location auprès de l’Office de tourisme (uniquement en français).

Musées

Musée Zervos
14 Rue Saint Etienne, 89450 Vézelay.
Site internet – Tél : 03 86 32 39 26
.
Tarif : 5 €. Gratuit - 25 ans.

Ouvert du 15 mars au 15 novembre : 10h-18h. Fermé le mardi. En juillet et août, ouvert tous les jours.

Le musée Zervos prend place dans la maison de l’écrivain Romain Rolland. Il abrite la collection d'Art Moderne des « Cahiers d'art », revue fondée en 1926 par Christian Zervos.
Impressionnante collection de tableaux et sculptures de grands artistes du XXe siècle tels que Picasso, Ernst, Calder, Miro, Giacometti, Kandinsky, Laurens, Léger, Vieija da Silva... Ainsi que quelques pièces archéologiques des Cyclades (Grèce).
Pour les enfants : un livret leur est remis pour découvrir l’art moderne.


Musée de l’œuvre de Viollet le Duc
A droite de la basilique.
Tél : 03 86 33 24 62.
Tarif : 3 €/ 12 à 18 ans : 1 €. Gratuit – 12 ans.
Ouvert d’avril à septembre, le week-end : 14h-18h. En juillet et août, ouvert tous les jours : 14h-18h.

Le musée prend place dans l’ancien dortoir des moines. Ce musée lapidaire contient de nombreuses sculptures originales de la basilique déposées par l’architecte au XIXe siècle.

Agenda

Les routes de Vézelay (fin mai – début juin)
Manifestation religieuse.

Pèlerinage de Saint Madeleine (juillet)
Manifestation religieuse.

Son et Lumière « Vézelay s’enflamme » (fin juillet – début août)
Site internet
Concerts et spectacles.

Les rencontres musicales de Vézelay (août)
Site internet
Concerts.

Fête des moissons et des traditions (août)

Célébrations de Noël (décembre)


Marchés

Le mercredi, d’avril à octobre. Place du champ de foire.
Marché bio en été.

Transports

Venir à Vézelay

En voiture
Depuis le nord (Paris) : Autoroute A6 direction Lyon - sortie "Nitry" (29 km de Vézelay)
Prendre la D11 puis la N6 et la N151.
Depuis le sud (Lyon) : Autoroute A6 direction Paris - sortie Avallon
A Avallon (24 km de Vézelay), prendre la D957.
Liaison avec les autres sites classés
Abbaye de Fontenay : 78 kms, durée : 1h15.
Saline Royale d’Arc et Senans : 210 kms, durée 2h25.
Bourges : 127 kms, durée : 2h20.
Val de Loire (Sully sur Loire) : 130 kms, durée : 2h35.
Fontainebleau : 157 kms, durée : 2h.
Stationnement
Parc de stationnement clos (gratuit), en bas du village. Les autres parkings de Vézelay sont payants. La circulation dans le village est possible en hiver, elle est très difficile et déconseillée en été.

En train
Gare SNCF de Sermizelles (10 kms)
Rue de la gare, 89200 Sermizelles
Site internet – Tél : 36 35.
Transferts: taxis (sur réservation) ou bus SNCF pour Vézelay toute l'année. Il est également possible de se rendre à Vézelay à pied depuis la gare de Sermizelles par un sentier balisé, comptez 1h30.
Gare SNCF d’Avallon (15 kms)
Place de la Gare, 89200 Avallon
Site internet – Tél : 36 35.
Transferts: taxis (sur réservation).

Taxis
Cathy Taxis
7 rue du Puits, 89450 Vézelay

Site internet –  Tél : 06 74 53 45 76.
Taxis du Crescent
Site internet – Tél : 03 86 31 62 42.

Dormir / Manger

Hébergement

Les établissements sélectionnés proposent des services de qualité à des tarifs concurrentiels, ils sont considérés comme des références dans leurs catégories respectives. Ces adresses sont situées à proximité ou à l’intérieur du site classé. Les tarifs indiqués sont ceux de la basse saison touristique sur la base de 2 personnes (d. : double, tr. : triple, q. : quadruple).

Centre d’accueil des pèlerins Sainte Madeleine
2 Rue Saint Pierre, 89450 Vézelay
Tél : 03 86 33 22 14.
Lit à partir de 18 €.

Hôtel Le Compostelle **
1 Place du Champ de Foire, 89450 Vézelay
Site internet - Tél : 03 86 33 28 63.
A partir de d. 58 €/ tr. 79 €/ q. 89 €.

Chambres d’Hôtes « Val en Sel »
1 chemin de la Fontaine, 89450 St Père
Site internet - Tél : 03 86 33 26 95.
A partir de 110 €.
Ouvert d’avril à octobre. Pas de CB.

Restauration
La sélection des restaurants proposée ci-après est composée de valeurs sûres, proposant un bon rapport qualité/prix. Ces adresses sont situées à proximité immédiate des sites classés. Les formules correspondent à une "entrée+plat" ou "plat+dessert". Les menus sont composés d'une "entrée+plat +dessert".

Restaurant Le Cheval Blanc – cuisine régionale
Place du Champ de Foire, 89450 Vézelay
Site internet - Tél : 03 86 33 22 12.
Formule midi : 22 €. Menu : 30 €.
Propose également quelques chambres à partir de 48 €.

Le Bougainville – cuisine traditionnelle
26 Rue Saint-Étienne, 89450 Vézelay
Tél : 03 86 33 27 57.
Menu midi à 27 €. Menu soir à 32,50 €.

Media

Vézelay, Patrimoine Mondial Office de Tourisme de Vézelay

Actualité de Vézelay