Saint Savin

Durée de la visite : une demi-journée.
L'abbaye de Saint-Savin est un fleuron de l'art roman du XIe et XIIe siècles. Avec ses volumes équilibrés, elle témoigne de l’architecture romane occidentale. Ses peintures, réalisées par les moines bénédictins, représentent le plus vaste ensemble de peintures romanes d'Europe
A la profusion d’images peintes sur les parois murales s’associe la qualité d’un prestigieux décor constituant un témoignage exceptionnel de la civilisation médiévale et ses modes de représentation et de diffusion des idées. Cet ensemble exceptionnel lui a valu son surnom de "chapelle Sixtine du Moyen-Age français".

Patrimoine Mondial

D'après la légende, l'abbaye bénédictine de Saint-Savin et Saint-Cyprien sur Gartempe aurait été fondée au temps de Charlemagne. C'est, à vrai dire, un établissement d'origine obscure dont le rayonnement spirituel couvrait cependant dès le XIe siècle tout le Poitou, le Berry et le Limousin.

Mais la célébrité de Saint Savin tient moins à l'indiscutable noblesse de son architecture qu’à son extraordinaire décoration peinte (fin XIe-début XIIe siècle). Un premier cycle pictural couvrant la voûte du clocher-porche et le tympan de la porte ouvrant vers l'église décrit l'Apocalypse en des scènes grandioses. Une seconde série de sujets bibliques se déploie sur tout le berceau de la nef centrale : création des végétaux et des astres, naissance d'Eve, puis la Tentation et ses conséquences, histoire de Caïn et d'Abel, histoire de Noé et de sa descendance, histoires d'Abraham, de Joseph etc.… Le style monumental et l'ampleur du programme iconographique justifient pleinement le surnom de "Sixtine romane" qui a été donné à Saint-Savin.

La passion du Christ est peinte dans la tribune supérieure du porche, avec des scènes de martyres ; de grandes figures de Saints subsistent dans le chœur et sur les piliers du transept. Enfin, l'histoire de Saint Savin et de Saint Cyprien occupe les parois de la crypte qui porte leurs noms.

Chef-d'œuvre authentique de la peinture murale des XIe et XIIe siècles, l'ensemble pictural de Saint-Savin est inscrit sur la liste du patrimoine mondial en vertu des critères (i) et (iii) en 1983.

Justification de l’inscription (2007)

Critère (i) : Le caractère exceptionnel de l’abbatiale de Saint-Savin tient à son extraordinaire décor, témoignant de l’art de représenter et de peindre dans la civilisation de l’Occident médiéval chrétien. L’art de couvrir les murs de scènes narratives, utilisant une palette complète de couleurs et des compositions empreintes d’élégance et de mouvement atteint ici un sommet. Le style monumental et l’ampleur du programme iconographique justifient le surnom de «Sixtine romane » donné à Saint-Savin-sur-Gartempe.

Critère (iii) : L’église de Saint-Savin témoigne de l’importance de l’Image dans un édifice monastique, considéré à l’époque comme un lieu majeur de l’enseignement, témoin des modes de pensée du Moyen Age. L’image répandue à profusion sur ses murs est un témoignage exceptionnel de la civilisation médiévale et ses modes de représentation et de diffusion des idées. Certains des thèmes bibliques représentés en images (La Tour de Babel, L’Arche de Noé,…) sont des topiques de la civilisation chrétienne occidentale.

Source Unesco / ICOMOS

Histoire

La fondation et la construction de l'abbaye

Bien que son origine soit imprécise, la fondation de l'abbaye semble trouver son origine à l'époque carolingienne, au début du IXe siècle. Elle fut construite en hommage aux deux frères martyrs Saint-Savin et Saint-Cyprien (Ve siècle) d’origine italienne, qui auraient été massacrés au bord de la Gartempe. Retrouvées 300 ans plus tard, leurs reliques sont à l'origine de la création de l'église abbatiale afin d'y être conservées. Dès sa création, l'abbaye rayonne sur toute l'Aquitaine.
L'église abbatiale actuelle fut érigée grâce au don (important) d'Aumode, comtesse du Poitou et d'Aquitaine en 1010. Ainsi la construction et l'ornementation de l'édifice sont réalisées de 1040 à 1090. Les peintures sont ajoutées vers 1100. Deux siècles plus tard, les bâtiments conventuels sont achevés grâce aux dons du comte Alphonse de Poitiers, frère du roi de France Louis IX (Saint Louis). L'abbaye prospère jusqu'au XIVe siècle.

Le déclin

Mais la Guerre de Cent Ans, déclenchée entre la France et l'Angleterre, va amorcer le déclin de l'abbaye. En 1371, avant son retour en Angleterre, le Prince Noir dévaste le monastère. Puis au XVIe siècle, les Guerres de religion portent un nouveau coup dur à l'ensemble abbatial. Vers 1565, les huguenots protestants saccagent et incendient ce qu'ils peuvent. La réforme de la Commende, qui veut que ce soit le roi qui désigne désormais les abbés, participe au démantèlement des bâtiments conventuels et du cloître. Les abbés, laïcs, se soucient guère de l'entretien des bâtiments et s'intéressent plus aux revenus financiers qu'ils peuvent tirer de l'exploitation de l'abbaye. Vers 1600, l'un d'eux vendit même les pierres des bâtiments.

Les renouveaux

Le renouveau de l'abbaye débute à partir de 1680 et l'installation des moines bénédictins réformés de l'ordre de Saint-Maur. Leur tâche est alors énorme : ils restaurent l'abbatiale et construisent de nouveaux bâtiments conventuels. Mais encore une fois, un événement historique, la Révolution française, va mettre à mal ce renouveau. Les quatre derniers moines quittent l'abbaye en 1792.

Il faut attendre 1836, et la visite de Prosper Mérimée, pour que les bâtiments puissent enfin bénéficier d'une protection puis d’une restauration à la hauteur de leur importance. Les travaux débutent en 1840. En 1877, la flèche qui datait du XVe siècle et qui s'était effondrée en 1820, fut reconstruite. Les restaurations se poursuivent au XXe siècle et encore de nos jours.

Office de Tourisme

Office de tourisme de Saint Savin sur Gartempe
20 Place de la Libération, 86310 Saint-Savin sur Gartempe
Site internet - Tél : 05 49 48 11 00.
Ouvert toute l'année :
Juillet et août, lundi à samedi : 9h-12h30/ 13h30-17h30. Et le dimanche matin du 15 juillet au 15 août.
Le reste de l'année, de lundi à vendredi : 9h-12h/ 13h30-17h.

Agenda

Le Festival des Nuits Romanes (une nuit en juillet)
Site internet
Mise en lumière de l’édifice, arts de la rue, arts plastiques, pyrotechnie et musique.

Transports

Venir à Saint Savin

En voiture
Autoroute A10 (Paris-Bordeaux), sortie 29 Limoges.
Autoroute A20 (Paris-Toulouse), sortie 15 Poitiers.
Route N10 (Paris-Bordeaux).
D951 (Poitiers- Bourges).
Liaison avec les autres sites classés
Val de Loire (Tours) : 120 km, durée : 1h40.
Bourges : 150 km, durée : 2h40.
Bordeaux : 253 km, durée : 3h50.
Vallée de la Vézère : 255 km, durée : 3h40.

En train
Gare TGV de Poitiers
Site internet – Tél : 36 35.
TGV depuis la gare de Paris Montparnasse. De la gare de Poitiers, liaison en bus jusqu’à Saint Savin. Comptez 1h.

En bus depuis Poitiers
Lignes en Vienne
Site internet - Tél : 05 49 47 29 00.
Une ligne de bus dessert tous les jours Saint-Savin depuis la gare routière de Poitiers. Devant la gare SNCF.

Dormir / Manger

Hébergement

Les hébergements recommandés sont situés à proximité du site classé. Les tarifs indiqués sont ceux de la basse saison touristique sur la base de 2 personnes (d. : double, tr. : triple, q. : quadruple).

Chambres d’Hôtes « La ferme Apicole »
Siouvre, 86310 Saint-Savin sur Gartempe
Site internet - Tél : 05 49 48 10 19.
A partir de : d. 50 €/ tr. 60 €/ q. 68 €.

Hôtel de l’Abbaye *
48 Place de la Libération 86310 Saint-Savin sur Gartempe
Site internet - Tél : 05 49 48 00 83
A partir de d. 39 €/ tr. 49 €.

Restauration

Les menus sont composés d'une "entrée+plat +dessert".

Le Patisson – cuisine traditionnelle fait maison
52 Place de la République, 86310 Saint-Savin
Tél : 05 49 84 14 73.
Menu midi en semaine : 11,50 €. Menu soir et week-end à partir de 19 €.

Media

Saint Savin, Patrimoine Mondial Tourisme Vienne

Actualité de Saint Savin