Gavarnie - Mont Perdu

Durée de la visite : 1 à 3 jours.

La nature à l’état pur. C’est ainsi que l’on pourrait définir le site quand on arrive dans le cirque de Gavarnie : spectaculaires formations rocheuses, faune et flore abondantes et variées. Partir sur les sentiers à la découverte de ces richesses naturelles est un véritable enchantement.

Mais ce site transfrontalier, dominé par le Mont Perdu et ses 3352 m est également inscrit au patrimoine mondial au titre de ses paysages culturels. Car depuis le XIe siècle les habitants de ces vallées ont modelé les paysages, cette fusion entre l’homme et son environnement a favorisé les échanges entre communautés françaises et espagnoles. Ce classement consacre ainsi la tradition du pastoralisme Pyrénéens. Ici l’histoire, les cultures et la nature s’entremêlent pour vous offrir un ravissement permanent, cocktail d’émotions intenses dont on aimerait qu’il dure indéfiniment.

Patrimoine Mondial

Le bien du Mont Perdu a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en décembre 1997 sur la base de critères naturels et de critères culturels.

Pour ce qui est des critères naturels, le Comité du Patrimoine Mondial relate cette inscription en ces termes : "Le Comité a inscrit le site du Mont-Perdu sur la base des critères naturels (i) et (iii). Le massif calcaire du Mont-Perdu présente un certain nombre de formations géologiques classiques telles que des canyons profondément creusés et des cirques spectaculaires. C'est également un paysage exceptionnel avec des prairies, des lacs, des grottes, des montagnes et des forêts. De plus la région présente un grand intérêt pour la science et la conservation."

En ce qui concerne les valeurs culturelles, le Comité a inscrit le bien au titre des critères (iii), (iv) et (v) : la zone Pyrénées Mont-Perdu entre la France et l'Espagne offre un paysage culturel exceptionnel qui allie la beauté panoramique à une structure socio-économique qui a ses racines dans le passé et illustre un mode de vie montagnard devenu rare en Europe".

Justification de l'inscription

Critères naturels
Critère (i) : exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification.
Critère (iii) : phénomènes naturels ou [...] aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelle.

Critères culturels
Critère (iii) : témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.
Critère (iv) : exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou de paysage illustrant une ou des période(s) significative(s) de l'histoire humaine.
Critère (v) : exemple éminent d'établissement humain ou d'occupation du territoire qui soit traditionnel et représentatif d'une culture (ou de cultures), surtout quand il devient vulnérable sous l'effet de mutations irréversibles.
Source : UNESCO/ICOMOS

Histoire

Le Mont Perdu et son massif sont intimement liés à l’homme. L’influence de dernier sur son environnement au cours des millénaires passés l’a en partie façonné. Sa présence s'y décèle partout, dans le bâti, bien sûr, mais aussi dans les mémoires.

Paysages culturels

L’homme a su s’adapter aux contraintes naturelles de l'altitude et du relief. Depuis des siècles les collectivités humaines des deux versants ont toujours franchi les cols Pyrénéens pour des raisons commerciales et surtout pastorales. Elles en ont façonné le paysage, au même titre que les bergers des Causses et Cévennes. Ici ce sont vaches et brebis qui parcouraient et parcourent toujours les pentes du massif du Mont Perdu. L’alliance entre l’homme et la nature reflète un mode de vie agricole montagnard répandu dans toute l’Europe au cours des siècles passés. Il est resté inchangé en ce seul endroit des Pyrénées. Cet héritage inestimable se découvre aujourd’hui grâce aux villages, chemins et sentiers, fermes, refuges, cabanes, hauts pâturages, murets… témoins et acteurs de cette culture ancestrale du pastoralisme dans les Pyrénées.


Un exemple de cabane et enclos de montagne
Coueyla des Aires (voir "balades et randonnées").
Située dans le cirque de Troumouse, l’ancienne cabane des Aires était utilisée tous les étés jusqu’au début du XXe siècle par les bergers et leurs troupeaux. Laissée à l’abandon, elle a été réhabilitée en 2005. Cet ensemble architectural témoigne de l’histoire pastorale du territoire. A l'écart des prédateurs, il assurait la sécurité aux troupeaux et le repos aux bergers. Généralement, plusieurs bergers occupaient l’abri en même temps. Chaque début d’été, les bergers remettaient la cabane en état pour la rendre habitable après les tumultes hivernaux, ils y restaient jusqu’au mois de septembre. Chaque soir, ils ramenaient  les bêtes au coueyla pour les traire dans l’enclos prévu à cet effet.
Aujourd’hui seul l’enclos possède encore une vocation pastorale.


Etablissement des communautés

L'installation de l'homme dans ces vallées s’est faite aux environs de 40 000 - 10 000 av. J.-C., comme en témoignent les sites tels que les cavernes d'Aiisclo et d'Escuain, les cirques de pierre de Gavarnie et le dolmen de Tella.

D’abord de tradition nomade, des communautés agropastorales se sédentarisent de part et d’autre de la frontière actuelle. Elles s’adaptent aux conditions climatiques extrêmes et tirent ressources de la nature environnante. Elles exploitent les minerais et le bois. Elles maîtrisent l’eau des ruisseaux, cultivent en terrasses leurs champs sur de hauts pâturages et modèlent ainsi les paysages. Elles tissent un réseau de sentiers favorisant les échanges entre les vallées. Pendant des siècles les vallées du Mont Perdu ont servi de lien et ont uni les deux communautés en développant une culture et une identité propre établi sur un système juridique et politique spécifique, indépendant des gouvernements centraux.

A partir du XIVe siècle, des accords écrits, destinés à garantir la paix entre les vallées, régissent les usages pastoraux et les échanges commerciaux.

Le pastoralisme

Pendant des siècles, l’homme s’est adapté à son milieu et en a tiré ce dont il avait besoin pour vivre ou survivre en haute montagne. Les chemins, les ponts lui servaient à se déplacer, les hospices aux pieds des cols (visibles à Gavarnie, Bujarelo, Aragnouet, Parzan, Héas et Pinet) lui permettaient de s’y reposer, les coueylas (abris de montagne) permettaient de s’abriter…

Les hauts pâturages comme ceux, immenses, de Gaulis (ou Goriz) ou d’Ossoue sont un témoignage inestimable de ce système de transhumance et de l'exploitation de ces espaces d'altitude. C’est la continuité de cette tradition pastorale de la transhumance dans ces montagnes qui rend ce site exceptionnel et exemplaire pour d’autres régions montagneuses d’Europe.


Transhumance de la Bernatoire
Pendant l’été la montagne d'Ossoue (située sur le versant de Gavarnie, en France) est propriété de la Vallée de Broto (en Espagne). Les bergers de cette vallée y envoient toujours de fin juillet à septembre plus de 1000 vaches en passant par le col de la Bernatoire. Voir "promenades et randonnées".
Ces échanges sont le témoignage vivant d’accords ancestraux datant du XIIIe siècle entre les communautés espagnoles et françaises du Mont Perdu.

Milieu Naturel

Paysages naturels

Ils sont composés au sud de trois canyons espagnols parmi les plus grands et les plus profonds d'Europe (Anisclo, Pineta et Ordesa) et au nord, côté français, des cirques de Gavarnie, Estaubé et Troumouse. Enfin, le périmètre classé, qui représente le plus magnifique ensemble de paysages pyrénéens, est délimité au nord par les villages de Gavarnie et Gèdre.

Les cirques

Les cirques de Gavarnie, Estaubé et Troumouse sont de majestueuses formations naturelles datant de l’époque glacière. Gavarnie est le plus connu avec sa paroi de 1500 m et en son cœur, la plus grande cascade d’Europe (427m). Tout aussi impressionnant est le cirque de Troumouse, le plus vaste. Enfin, le cirque d’Estaubé est le plus sauvage. Dominants ces trois cirques plus d’une dizaine de pics culminent à plus de 3000 m.

Climats, espèces animales et végétales

Il existe des différences climatiques entre les versants nord et sud. La partie française est humide alors que les pentes espagnoles sont plus arides. Le climat varie également d’Ouest (maritime) en Est (méditerranéen). Ainsi, ces contrastes climatiques engendrent cinq types de végétations sur un périmètre extrêmement restreint. C’est cette richesse naturelle qui donne au site sa valeur naturelle exceptionnelle.
Ces milieux naturels de montagne recèlent une faune et une flore exceptionnellement riche. Les Pyrénées abritent 3500 espèces végétales dont 5 % sont endémiques (propres aux Pyrénées). De plus, le site abrite de nombreuses espèces animales des Pyrénées comme l’izard, la marmotte, qui a été réintroduite, ou le bouquetin espagnol, qui est menacé d’extinction.

Le Parc National

Créé en 1967, le Parc National des Pyrénées œuvre au développement harmonieux des villages de la zone classée, dans le respect de la nature et de la montagne mais aussi de la vie des hommes sur le territoire et de l’activité pastorale. Il abrite une faune et une flore extrêmement riches et fragiles qu'il  préserve des pressions extérieures.

La Maison du Parc National
65120 Gavarnie
Site internet - tél : 05 62 92 42 48.
Ouverture : lundi à vendredi (pendant les vacances scolaires, mardi à samedi) : 9h-12h/ 13h30-17h30 ou 18h30 (juillet et août).
Labélisée Tourisme et Handicap. Projection de films sur la faune et la flore du Parc. Exposition permanente sur le Pyrénéisme et les cirques. Nombreuses documentations et informations, indispensables avant de partir en randonnée. Accès libre.
La montagne pour tous
Depuis plusieurs années, le Parc national des Pyrénées s’investit dans une démarche forte pour un accès à la montagne pour tous : handicap moteur, mental, visuel et auditif, personnes en difficulté sociale.


Parc National Ordesa y Monte Perdido (côté espagnol)
Plaza de Cervantes, 5
22071 Huesca (España)

Tél  +34 974 243 361.
Créé en 1918, la zone couverte a depuis été étendue pour englober depuis 1982 l’ensemble du massif du Mont Perdu et les vallées d’Ordesa, d’Anisclo, d’Escuain et de la Pineta. Ses fonctions sont semblables au Parc National des Pyrénées.

Office de Tourisme

Office de Tourisme à Gavarnie
65120 Gavarnie
Site internet - tél : 05 62 92 49 10.
Ouvert de lundi à samedi : 9h-12h/ 14h-18h.
Juillet et août, tous les jours : 9h-19h.


Office de Tourisme à Gèdre
Place de la bergère, 65120 Gèdre
65120 Gèdre
Site internet - tél : 05 62 92 48 05.
Ouvert de lundi à samedi : 9h-12h/ 14h-18h.
Juillet et août, tous les jours :  9h-12h/ 14h-19h.
Labélisé Tourisme et Handicap.

Transports

Venir à Gavarnie et Gèdre

En voiture
Depuis Tarbes : N21 jusqu'à Lourdes, puis D821 jusqu'à Argeles-Gazost, puis D921 jusqu'à Gèdre.
Liaisons avec les autres sites classés
Toulouse (Canal du Midi) 245 kms, durée : 3h.
Bordeaux 291 kms, durée : 3h40.

En avion
Aéroport Tarbes, Lourdes, Pyrénées
65290 Louey  

Site internet - tél : 05 62 32 92 22.
Pour rejoindre Gèdre en voiture : 53 kms, durée 1h10.
Aéroport Pau Pyrénées
64230 Uzein
Site internet - tél : 05 59 33 33 00.
Pour rejoindre Gèdre en voiture : 91 kms, durée : 1h45.

En train
Gare SNCF de Lourdes
33 Avenue de la Gare, 
65100 Lourdes
Site internet -tél : 36 35.
Pour rejoindre Gèdre en voiture : 45 kms, durée : 1h

En bus
Maligne : Site internet - tél : 0 800 65 65 00.
Ligne : "Ma ligne Tarbes-Lourdes-Gèdre-Gavarnie".
Attention : circule tous les jours uniquement du 15 juin au 30 septembre. Lourdes-Gèdre, durée : 1h30.

Dormir / Manger

Hébergements

Ces adresses sont situées à proximité du site classé. Les tarifs indiqués sont ceux de la basse saison touristique, sur la base de 2 personnes (d. : double, tr. : triple).

Tipis Indiens
65120 Saussa
Site internet - tél : 06 15 41 33 29.
Tipi 4 personnes. A partir de 85 €, tarif dégressif. Possibilité de location à la semaine. A 3 kms au sud de Gèdre, prendre à droite direction Plateau de Saugué. Cuisine à disposition.

Compostelle Hôtel **
Rue de l’Eglise, 65120 Gavarnie
Site internet - tél : 05 62 92 49 43.
A partir de : d. 48 €/ tr. 76 €.

Hôtel Le Marboré **
A l’entrée du village de Gavarnie, 65120 Gavarnie 

Site internet - tél : 05 62 92 40 40.
A partir de : d. 89 €/ tr. 129 €.
Restaurant : menu à partir de 20 €.

Hôtel Vignemale ***
Chemin Du Cirque, 65120 Gavarnie
Site internet - Tél : 05 62 92 40 00.
A partir de 150 €.


Restauration

Les menus sont composés d'une "entrée+plat +dessert".

Restaurant Les Cascades - cuisine de terroir
Centre du village, 65120 Gavarnie
Site internet - Tél : 05 62 92 40 17.
Formule déjeuner 16 €. Menu à partir de 22 €.

Media

Gavarnie - Mont Perdu, Patrimoine Mondial Office de Tourisme de Gavarnie

Actualités de Gavarnie