Port de la Lune

Le cœur historique de Bordeaux s’étend le long de la Garonne. Ce paysage architectural monumental du XVIIIe et XIXe siècle est particulièrement remarquable par son étendue et  sa cohérence. Le centre historique reflète au cours de son histoire une organisation de l’espace urbain continue malgré les diverses influences architecturales successives, en particulier les styles Gothique et Renaissance. Ainsi le centre ville présente un exemple de plan de développement urbain unique et exceptionnel.

Le Port de la Lune à Bordeaux est le premier ensemble urbain à avoir été classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO sur un périmètre aussi vaste et complexe. Il tient son nom de la courbe que forme la Garonne à cet endroit. C’est sur sa rive gauche que le port s’est développé et a été de tout temps le moteur du commerce et de la prospérité de Bordeaux. Le Port de la Lune constitue un exemple exceptionnel d’échange et d’influences sur plus de 2 000 ans, par son rôle de capitale mondiale du vin. Il est également à l'origine des aménagements de la Place Royale (actuelle Place de la Bourse), de la création du Grand Théâtre et des Allées de Tourny au XVIIIe siècle. L’activité portuaire ayant été déplacée vers les quartiers Nord, en aval du fleuve, les anciens hangars ont succombé au réaménagement urbain récent de la zone et aux allées piétonnes et cyclables, aérant ainsi le centre-ville.


Quartier Saint Pierre (de la place de la Bourse à la place du Parlement)

C’est l’emplacement du port de Burdigala durant l’Antiquité. Saint Pierre, patron des marins, y était honoré par l’ensemble de la cité.
Au XIIe siècle, les quais sont déplacés plus au sud. Le quartier va reprendre vie au XVIIIe siècle grâce aux intendants Boucher et Tourny qui eurent l’honneur et la charge de le réaménager. Ils ouvrent le quartier sur l’extérieur en supprimant les murailles, aménagent la place de la Bourse et percent la place du Marché Royal (place du Parlement). Les façades des maisons sont richement décorées (mascarons, moulures, balcons de pierre, fers forgés). Voir aussi "Place Saint Pierre".


Quartier Saint Michel

A arpenter à pied. En bordure du fleuve, le quartier de Saint Michel a longtemps vécu grâce à lui. Ses petits artisans (charpentiers, tonneliers, forgerons et armuriers) vivaient du passage des gabares (bateaux à fond plat) chargées de cargaisons de matières premières en provenance des confluents de la Garonne (Quercy, Rouergue, Gascogne). La basilique Saint Michel, de style gothique flamboyant, est au cœur de ce quartier populaire et animé. (voir à "Monuments Religieux"). Marché lundi et samedi matin sous la flèche.


Quartier Sainte Croix

Dominé par la haute tour romane de l'église abbatiale Sainte Croix (de style roman, XIIe siècle), il ne fut englobé dans l’enceinte fortifiée qu’au début du XIVe siècle. Dans ce quartier populaire on trouvait les cordiers, les cordonniers et les potiers. A partir du XVIIe siècle le développement du commerce avec les Antilles favorisa l’installation de raffineries de sucre.


Quartier Sainte Eulalie

A l’ouest du quartier de Sainte Croix, ce quartier est bâti autour de son église paroissiale Sainte Eulalie, qui était le point de départ des chemins vers Saint Jacques de Compostelle. L’architecture religieuse a marqué l’histoire de ce quartier riche de nombreux vestiges passés. On y trouvait de nombreux couvents avec cloître et jardin, reflétant le faste de l’époque. Aujourd’hui encore les couvents des Annonciades et de Notre Dame existent toujours. Le quartier était surtout peuplé d’artisans (maçons, tanneurs, marchands d’huile et charpentiers). Flâner à pied dans les rues pittoresques du quartier permet de profiter de toutes ses richesses.



Quartier des Chartrons

Sans lui Bordeaux n’aurait peut être pas connu la destinée qui a été la sienne. Rouage essentiel du commerce du vin, le quartier des Chartrons est un héritage exceptionnel de l’histoire de la capitale mondiale du vin. L’origine de son nom vient du couvent des Chartreux qui fut fondé sur ces terres en 1383.
Le quartier connu son apogée du XVIIIe au XIXe siècle. De nombreux négociants venant de tous pays se sont alors enrichis grâce au raisin. On peut aujourd’hui profiter des beaux édifices en pierre de taille, de style Louis XVI, richement décorés de balcons en fers forgés, légués par ces riches commerçants. L’aménagement paysager de cet ensemble urbain était couru à l’époque comme lieu de promenade. Sur les quais, au pied de ces fleurons architecturaux, se massaient les marins et manœuvres qui embarquaient les barriques sur les gabares qui faisaient la liaison avec les gros navires de commerce ancrés plus loin dans l’estuaire de la Gironde.
A voir en particulier le cours Xavier Arnozan, appelé aussi "pavé des Chartrons" avec ses magnifiques demeures, la halle (architecture Eiffel de 1869), les deux maisons "hollandaises" du XVIIe siècle et le Temple protestant de style néoclassique.


Quartier des bassins à flots

Les différents quartiers présentés jusqu’alors conservaient une grande cohérence architecturale et urbanistique. Ce quartier paraît en rupture. Mais si le quartier des Bassins à Flots fait bien parti du périmètre classé, il le doit à l’intérêt de son patrimoine : son activité industrielle qui a, elle aussi,  marqué l’histoire de la ville grâce a ses liens forts avec le fleuve et le port.

< Accueil Bordeaux - Port de la Lune

Actualité de Bordeaux