Visite de l'abbaye de Fontenay

La visite de l'abbaye de Fontenay permet, grâce à son état de conservation exceptionnel, de se replonger dans une atmosphère et une ambiance monacale d'une grande simplicité et d'une grande pureté comme l'a été la vie des cisterciens pendant six siècles, de la fondation de l'abbaye en 1118, à la Révolution française de 1789.

Infos pratiques

Abbaye de Fontenay
Marmagne, 21500 Montbard
Site internet - Tél : 03 80 92 15 00.
Tarif plein/ réduit en visite libre : 10 €/ 7 €.
Tarif plein/ réduit en visite guidée : 12,50 €/ 7,90 €.
Ouverte tous les jours : d’avril à octobre : 10h-18h. De novembre à mars : 10h-12h/ 14h à 17h.
Les visites guidées (1h) sont possibles d’avril à octobre. En dehors de cette période, les visites sont libres. Un livret de visite est disponible en 7 langues.
Animations : de juin à septembre, l’abbaye propose de nombreuses manifestations dans le cadre de ‘l’été de Fontenay ». Concerts, visites nocturnes, expositions, son et lumière …
Services : musée lapidaire, boutique de souvenirs et d'artisanat.

Visite

L'église

Ce chef-d'œuvre artistique, édifié entre 1139 et 1147, représente l'expression ultime de l'austérité et de la simplicité de l'ordre cistercien. L'église abbatiale est construite sur un plan basilical en croix latine, sur 66 m de long. La nef possède deux collatéraux ou bas-côtés, son vaste transept (qui culmine à 19 m de hauteur) et son chœur (de forme carré) à chevet plat sont typiques de l'art cistercien de cette époque. Le bras sud du transept ouvre sur le dortoir des moines grâce à un escalier. L'église possédait également un porche mais celui-ci fut détruit au cours du XVIIIe siècle faute de moyens pour l'entretenir. La décoration intérieure de l'édifice est quasi inexistante, conformément à la philosophie défendue par cet ordre et initié par Saint Bernard. Rien ne devait détourner l'attention des moines de leur mission. Cette sobriété ajoute à l'impression d'unité et d'harmonie de l'ensemble. La statuaire de l'église se résume en une Vierge à l'Enfant du XIIIe siècle ainsi qu'une statue de Notre-Dame de Fontenay (fin du XIIIe siècle). Parmi les autres ornementations de l'église on remarquera le retable en provenance du maître-autel gothique ainsi que les pierres tombales du seigneur de Mello d’Epoisses et de son épouse, situées dans le choeur (XIVe siècle).
A côté de l'escalier menant au dortoir, accès au cloître.


Le dortoir des moines

Le dortoir prend place au  premier étage du bâtiment des moines, au-dessus de la salle capitulaire. C'est ici que tous les moines s'endormaient sur leur paillasse en admirant la magnifique charpente en chêne du XVe siècle. La précédente charpente fut ravagée par un incendie et fut donc remplacée par la charpente actuelle en carène renversée (en forme de coque de navire renversée).


Le cloître

Le cloître, exceptionnel par son état de conservation et sa beauté, fut construit au même moment que l'église (XIIe siècle). Lieu de promenade et de méditation, c'est autour de lui que s'organisait la vie de l'abbaye, il en était le cœur. Mesurant 36 m sur 38, les quatre galeries, bien que présentant une grande unité, recèlent quelques différences de construction (voûtes et murs) et les chapiteaux présentent des styles différents. La galerie Est est adossée à la nef et relie à son extrémité le cloître au dortoir par un escalier.


La salle capitulaire

Située au rez-de-chaussée du bâtiment des moines, sous le dortoir, c'est dans cette salle, aussi appelée salle du chapitre, qu'étaient prises les décisions importantes de la communauté. Chaque matin était lu un extrait de la Règle de Saint Benoît. Composée à l'origine de trois travées, l'une d'entre elle fut détruite par un incendie au cours du XVe siècle. Au cours des travaux de restauration du début du XXe siècle, la cloison qui séparait la salle capitulaire du parloir fut abattue. La seule ornementation de la pièce réside dans les motifs floraux des clés de voûte. Elle est bordée côté nord par la sacristie et, conformément à l'architecture cistercienne, communique avec le cloître.


La salle des moines

Cette longue salle (30 mètres de long) se situe dans la continuité de la salle capitulaire. Parmi les différentes fonctions qui lui étaient affectées, elle accueillait les moines copistes, c'est-à-dire les moines qui recopiaient les manuscrits.


Le chauffoir

Cette petite pièce abrite encore deux cheminées du XIIe siècle. Les moines venaient sans doute s’y réchauffer en hiver. Avec les cuisines et la boulangerie c'est la seule pièce qui possède des cheminées, conformément aux règles de vie de la communauté.


L'infirmerie

Si ses fondations sont romanes, le bâtiment de l'infirmerie, situé à côté du jardin et séparé des autres, fut construit au cours du XVIIIe siècle.


La forge

La forge représente un témoignage rare d'un bâtiment industriel du XIIe siècle et sans doute unique par son architecture typiquement cistercienne. Située en bordure de rivière, il s'agit de l'une des plus anciennes usines métallurgiques d'Europe. Ce grand bâtiment de 53 m de long abritait l'atelier de ferronnerie. Les moines  y travaillaient le fer extrait de la colline dominant le monastère. Ils utilisaient la force hydraulique pour actionner les martinets battant le fer et les soufflets. À l'intérieur des quatre pièces prenaient place les fourneaux, le moulin et les ateliers de travail. Vous y verrez la reconstitution d’un marteau hydraulique et une roue à aubes d’époque.


Enfermerie

Située derrière le chauffoir, cette pièce fut réaménagée au XVIe siècle. Les moines y conservaient les objets importants et précieux.


Le réfectoire (ne se visite pas)

Détruit en 1745 par manque de moyens pour l'entretenir, il ne reste de ce bâtiment gothique qu’un pan de mur percé de quatre fenêtres. En 1850,  fut construit sur l'emplacement de l'ancien réfectoire et des cuisines ce grand bâtiment moderne dit galerie de Marc Seguin.


Le logis des abbés

Ce bâtiment, accolé à la partie ouest du cloître, fut construit au XVIIIe siècle pour accueillir les abbés issus de la réforme de la Commende (nommés par le roi à partir de 1547). L'élégance de la construction, contraste avec le reste de l'ensemble architectural.


Le pigeonnier

Le pigeonnier date du XIIe au XIIIe siècle. Ses murs font plus d'un mètre d'épaisseur.


La chapelle des étrangers et la boulangerie

Elle accueillait les pèlerins et les visiteurs.  Pour eux, une chapelle a été édifiée : la chapelle des étrangers. C'est dans le bâtiment qui abrite aujourd'hui la librairie et le musée lapidaire qu'ils pouvaient se recueillir. Car aucune personne extérieure à la communauté ne pouvait pénétrer dans l'enceinte monastique.
Le musée lapidaire de l'abbaye présente quelques sculptures et détails d'architecture du XIIe et XIIIe siècle.
La boulangerie : On y accède par la librairie. Vous pourrez admirer sa magnifique cheminée circulaire qui servait de four à pain.


La porterie

C'est ici que logeait le frère portier. Ce dernier, accompagné d'un chien, était chargé de la surveillance de l'accès à l'abbaye. On peut encore voir la niche du chien à droite de l'escalier qui mène au premier étage.


Les jardins

Le jardin des simples
C’est dans ce jardin que les moines cultivaient les plantes potagères et les herbes simples médicinales suivant une liste bien déterminée par la règle de Saint Benoît.

Le grand jardin
Les jardins de l'abbaye sont classés « jardins remarquables ». Ils ont été aménagés sur deux hectares par l'architecte paysagiste Peter Holmes en 1997. Tout a été pensé pour sublimer la beauté des lieux et de l'abbaye. Les jardins sont composés d'un jardin à la française et de jardins paysagers.
Vous y découvrirez de nombreuses variétés de fleurs, de plantations, des pièces d’eau et des arbres centenaires.
C'est ici que furent tournées les dernières scènes du film « Cyrano de Bergerac » en 1989.


Activités dans les environs

Le vallon qui accueille l’abbaye est un lieu idéal pour des promenades à pied ou à vélo. Plusieurs itinéraires ont été aménagés. Renseignements à l’accueil de l’abbaye.

< Accueil Abbaye de Fontenay

Actualité de Fontenay